Jan 11, 2019 19:31 UTC

Citant le ministère danois des Affaires étrangères, le journal Wall Street Journal a fait part de nouvelles sanctions de l’Union européenne contre l’Iran à partir du mardi 8 janvier, sous prétexte d’implication dans des actes de sabotage à Paris en France et à Copenhague au Danemark.

Le ministre danois des Affaires étrangères, Anders Samuelsen, a prétendu que cette mesure n’était pas en contradiction avec l’appui européen à l’accord sur le nucléaire iranien, « mais il est impératif que l’Union européenne transmette un message fort pour défendre ses valeurs européennes et sa sécurité ».

Il a aussi prétendu que l’Union européenne allait sanctionner deux personnes physiques et une personne morale iraniennes.

Sur sa page Twitter, le ministre des Affaires étrangères du Danemark a écrit que l’UE venait d’accepter de sanctionner un service de renseignement iranien pour ce qu’il a appelé des « complots d’assassinat » sur le sol européen.

Précédemment, le gouvernement français avait prétendu que l’Iran était derrière une tentative d’attentat en juin dans la banlieue de Paris, allégation énergiquement rejetée par Téhéran.

André Chamy, juriste international, et Luc Michel, géopoliticien, s’expriment sur le sujet.

 

Mots clés

commentaires