Jan 12, 2019 08:25 UTC
  • Acte IX: les GJ défient les Rothschild!

Depuis quelques jours, une nouvelle vague d’appels à l’acte IX de la mobilisation des Gilets jaunes a émergé sur les réseaux sociaux. Les leaders du mouvement abordent la nouvelle forme de la mobilisation, à côté des façons classiques de protestations antigouvernementales : le « référendum des percepteurs ».

Les Gilets jaunes en colère tentent d’innover pour continuer à se faire entendre. Ils comptent pour cela redoubler la pression sur le gouvernement de Macron, en adoptant une nouvelle tactique visant le système bancaire et d’intimider ainsi le gouvernement et le contraindre à plier l’échine devant le fameux « Référendum d’initiative citoyen » (RIC), a rapporté RT, jeudi 10 janvier.

Les initiateurs appellent les protestataires du gouvernement à retirer le maximum d’argent possible de leurs comptes bancaires. Une telle situation mettra sous pression les banques si bien qu’elles n’auront d’autre choix que de peser de tout leur poids pour forcer le gouvernement de faire volte-face.

« Les Gilets jaunes sont alors appelés depuis quelques jours à s’armer de leurs cartes bleues et à vider les distributeurs des agences bancaires dans l’espoir de faire vaciller le système bancaire et mettre à genou le gouvernement devant leurs exigences », selon RT.

La nouvelle stratégie des initiateurs sera-t-elle efficace ?

Dans une vidéo diffusée ces derniers jours et consultée plusieurs milliers de fois, un internaute français met l’accent sur l’impact négatif d’une telle initiative sur les banques dans le cas où les appelés agiraient d’une manière massive et coordonnée. Il espère que par ce moyen de pression le gouvernement céderait sur l’idée du RIC.

Malgré le recul du gouvernement face aux Gilets jaunes, ils sont déterminés à concrétiser l’acte IX de leur mobilisation à Paris et dans d’autres villes.

Cette semaine et après le premier rassemblement des Gilets jaunes dans l’Hexagone en 2019, le clan Macron a décidé de recourir à la répression des protestataires. Dans ce cadre, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé le lundi 7 janvier qu’une loi, dite loi « anti-casseur » serait appliquée. Suivant la nouvelle loi, « les sanctions contre les manifestants seront durcies ».

 

Mots clés

commentaires