Jan 12, 2019 14:28 UTC

Au sommaire : 1- L’Italie et la Pologne initiatrices d’un « nouveau printemps européen » ?

En visite en Pologne, le vice-président du Conseil italien Matteo Salvini a déclaré que Rome et Varsovie pourraient faire advenir un « nouveau printemps européen », en remplacement du couple franco-allemand.

Mais après s’être questionné sur la possibilité d’un tel rapprochement, un politologue polonais s’est dit sceptique quant aux perspectives d’un axe italo-polonais.

2- Suprême acte d’intimidation à l’adresse des Gilets jaunes ?

Alors que tout laisse prévoir une radicalisation de la politique de l’État français contre les manifestations sociales, une explosion d’origine assez étrange en plein cœur de Paris aujourd’hui et le décès accidentel d’un Gilet jaune en Belgique hier sont deux incidents qui ont émaillé l’acte IX du mouvement, qui s’est déjà répandu un peu partout en Europe.

Selon un nouveau bilan donné par les pompiers, 12 personnes ont été gravement blessées dans l’explosion, dont 5 avec un pronostic vital engagé.

3- France : les bases aériennes en danger ?

À en croire Opex360, le nombre toujours croissant de tentatives d’intrusion dans ses bases aériennes a poussé l’armée française à y améliorer la sécurité et la protection.

Ainsi l’Agence de l’innovation de Défense (AID) vient de lancer un défi aux industriels, chercheurs, start-up et autres PME, avec le soutien de la Direction générale de l’armement (DGA) et de l’armée de l’air.

Ce défi s’adresse à ceux qui disposent (ou sont susceptibles de disposer) de solutions technologiques dans les domaines de la « surveillance par drone, des applications mobiles, de la biométrie, des systèmes de communication (phonie, transmission de données…), du traitement de l’image et de la vidéo, du Big Data, de l’intelligence artificielle, du design d’interfaces numériques centrées sur les usages, etc. ».

4- Iran : la France s’enfonce dans l’erreur

Emboîtant le pas à Washington, le porte-parole de Quai d’Orsay, Agnès von der Mühll, a appelé Téhéran à renoncer aux tirs de fusées prévus dans le cadre du programme spatial iranien. 

La diplomatie iranienne n’a pas tardé à réagir aux propos tenus par le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, insistant sur le fait que la résolution 2231 n’a pas interdit à l’Iran d’avoir un programme balistique conventionnel à des fins défensives et scientifiques.

 

Mots clés

commentaires