Mar 18, 2019 10:58 UTC
  • Nouvelle-Zélande: Tarrant, agent du Mossad?

Chaque jour qui passe, de nouveaux éléments apparaissent sur le compte du terroriste australien de Christchurch: outre avoir fait des séjours au Pakistan, en Turquie et aux Balkans, le gourou a aussi séjourné en Israël. Intéressant, dans la mesure où une si sanglante tuerie aux multiples dimensions n'aurait jamais pu avoir lieu sans que des services secrets bien spécialisés s'en mêlent et le Mossad en est un.

Cette affaire qui a fait qu'un extrême droite blanc et son réseau dont les médias ne parlent du tout, massacre avec un plaisir sadique 50 musulmans avant que la police ne vienne le maîtriser manquait bien d'une case, celle d'Israël. Les médias mainstream ne soufflent mot mais selon Ie site web "Europe Israël", 19 des 50 musulmans massacrés sont palestiniens! 

On note aussi 5 Tunisiens,  5 Bengalies ,  4 Marocains , 3 Yéménites , deux Jordaniens et deux Irakiens, un Syrien, un Iranien, un Afghan et un Saoudien. Une question se pose : que diable vient faire un "extremiste de droite" comme Tarrant ? 

Un responsable israélien vient de confirmer le "court séjour en Israël", effectué fin 2016, de l'intéressé. Le responsable israélien, qui a souhaité garder l’anonymat, a prétendu qu'il n'y avait pas d'autres détails disponibles sur ce qu’avait fait ce tueur de 28 ans pendant son séjour en Israël. Reuters dit que l'ambassade d'Australie et le consulat de Nouvelle-Zélande en Israël avaient refusé de faire des commentaires sur ce sujet.

L'Australien était venu en Israël en octobre 2016 avec un visa de tourisme de trois mois et y est resté pendant neuf jours, a confirmé un responsable israélien chargé de la population et de l'immigration sans dire pour autant comment un officiel chargé d'encourager l'immigration juive en Israël en sait autant sur Tarrant. 

Tarrant a tiré, vendredi 15 mars, sur les fidèles musulmans provoquant l'une des pires tueries qui n'ait jamais eu lieu en Nouvelle-Zélande. Certains analystes font remaquer que le choix du pays n'est pas du tout andonin. La dernière crise israélo-zélandaise remonte à 2017 quand le pays a voté en faveur de la Résolution 2334 du Conseil de sécurité contre l'extension des nouvelles colonies sionistes. Les pressions du lobby israélien ont poussé le PM de l'époque Bill English à exprimer par écrit "ses regrets quant au préjudice causé aux relations israélo-Zelandaies" . 

Mais le coup du Mossad à titre de bras exécutant transfrontalier de la CIA, dépasse largement la seule Nouvelle-Zélande. Tarrant s'est, également, rendu, fin 2016, en Turquie, en Serbie, au Monténégro, en Bosnie-Herzégovine et en Croatie, soit dans une zone géographique particulièrement sensible où les tentatives de réactiver les "plaques tectonique ethnique" se multiplient ces derniers. On se rappelle en effet comment l'ex-Yougoslavie a éclaté en mille morceaux à la faveur d'un plan bien rodé des Américains et de l'OTAN dans les années 90. 

Ce dernier a été traduit, samedi 16 mars, devant le tribunal néo-zélandais qui l’a inculpé de meurtre, au lendemain de sa tuerie dans deux mosquées à Christchurch où étaient présents 200 musulmans. Tarrant restera en détention jusqu'à une prochaine audience fixée au 5 avril. 

 

Mots clés

commentaires