Apr 22, 2019 08:50 UTC
  • Venezuela: les USA court-circuités?

Le chef de la diplomatie russe estime que les États-Unis sont en train d'évaluer les risques pour eux d'une intervention militaire au Venezuela.

« Washington pèse pour et contre en vue d’une éventuelle intervention militaire au Venezuela, mais il ne devrait pas compter sur un soutien des États latino-américains », a déclaré ce dimanche le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans une interview à la chaîne de télévision Zvezda.

« Maintenant, quand les Américains continuent de dire que toutes les options restent sur la table, je ne doute pas qu'ils sont en train d’évaluer les impacts d'une aventure militaire », a déclaré Lavrov dans un entretien à l'émission "Glavnoye avec Olga Belova. Et d’indiquer : « Ils ont apparemment pensé que cette intervention aboutira rapidement. Mais cela ne se produira jamais et ils le reconnaissent eux-mêmes ».

Quant à la réaction des pays latino-américains à une éventuelle action militaire américaine au Venezuela, le chef de la diplomatie russe a déclaré : « Aucun pays en Amérique latine ne les soutiendra, [même si eux] ils comptent sur un ou deux pays ».

Le plus haut diplomate de Russie a également estimé que les tentatives visant à organiser des opérations de distribution de l'aide humanitaire à travers la frontière vénézuélienne étaient un spectacle peu coûteux. « Je suis convaincu que Washington n'a pas encore compris la situation concernant le Venezuela », a-t-il déploré.

Le Pentagone développe de nouvelles options militaires pour le Venezuela visant à dissuader l'influence russe, cubaine et chinoise.

Dans le même sens, les médias américains ont fait part de la tenue d'une réunion secrète au Center for Strategic and International Studies (CSIS) basé à Washington, intitulée "Évaluation de l'usage de la force militaire au Venezuela". Cette réunion secrète a regroupé au moins 40 responsables sécuritaires, militaires et politiques américains,  colombiens et brésiliens.

Le peuple vénézuélien et l'armée ont à plusieurs reprises exprimé leur soutien au gouvernement de Nicolas Maduro. Même si cela fait des semaines que les États-Unis et leurs alliés, ont lancé une campagne de désinformation contre Caracas en tentant de durcir les sanctions contre le pays et de mettre l’armée sous pression pour qu’elle soit forcée de cesser son appui à Maduro.

Mais les médias américains ont reconnus que tous les plans de Washington visant à chasser l’actuel président Nicolas Maduro du pouvoir et le remplacer par un régime stipendié et fantoche avaient échoué.

 

Mots clés

commentaires