Sep 11, 2019 17:30 UTC
  • Où déclencher une guerre sino-russe?

L’Occident projette d'entraver les relations sino-russes, a-t-on appris d’un expert chinois.

Le vice-président du Centre analytique « Une Ceinture, une Route » a déclaré, mercredi 11 septembre, lors d’une interview exclusive avec l’agence de presse iranienne Fars, que l’Occident tentait d’empoisonner les relations entre la Chine et la Russie.

« Les médias occidentaux ont récemment commencé à publier des informations sur une rivalité sérieuse entre la Chine et la Russie dans le cadre de leurs intérêts en Asie centrale. Je pense que cette campagne médiatique de l’Occident met en péril le projet de la nouvelle route de la soie ».

L’expert chinois a qualifié d’« irréelles » les informations publiées par les médias occidentaux en évoquant un accord de coopération stratégique entre l’Union économique de l’Eurasie et la Ceinture économique de la Route de la soie qui avait été signé, le 9 mai 2015 à Moscou, entre Vladimir Poutine et Xi Jinping. « Cet accord sert d’une importante base pour les projets communs sino-russes », a-t-il ajouté.

« En plus, le projet de la Route de la soie est un projet économique dépourvu de tout aspect géopolitique et militaire. Aucun pays ne devra donc craindre un développement de liens commerciaux et économiques d’autant plus que Pékin demande à tous les pays de la région de participer à ce projet. Il n’y a aucune raison pour en avoir peur ».

Le vice-président du Centre analytique « Une Ceinture, une Route » a ajouté que ledit projet pourrait renforcer la stabilité d’une région déjà fragilisée par différents facteurs dont les menaces terroristes. « Une Asie centrale stable profitera également aux intérêts des Russes », a-t-il précisé.

Il a souligné que les itinéraires commerciaux reliant la Chine à l’Asie centrale passeraient également par la Russie. « Ce qui veut dire que Moscou bénéficiera de l’élargissement des relations commerciales dans cette région ».

L’expert chinois a précisé que la Chine lancerait des projets économiques en Asie centrale et qu’il n’existait aucun obstacle pour l’implantation d’une base militaire dans cette région. « Le gouvernement russe est bien au courant de ces activités pacifiques », a-t-il réaffirmé.

Et de conclure : « Tous les facteurs précités mettent en évidence le caractère non authentique des informations du camp occidental à propos d’un bras de fer entre la Russie et la Chine ».

Mots clés

commentaires