Nov 26, 2018 03:40 UTC
  • Les Iraniens, un peuple hospitalier, chaleureux et agréable

Un court entretien avec l’éminent historien et iranologue français, Pierre Briant, à l’issu de sa conférence le mardi 20 novembre au musée national de Téhéran sur «Les nouvelles réalisations archéologiques dans l'histoire de l'empire achéménide et le point de vue d'un historien ».

1 – Qu’est-ce qui a suscité votre intérêt pour l’histoire et civilisation du monde achéménide et de l’empire perse ? 
Quant j’ai commencé à travailler, il y a très longtemps, sur Alexandre j’ai vu que tout le monde disait que tout a, tout à fait, changé avec Alexandre mais on ne m’expliquait pas ce qui était avant. 
Donc , je me suis dit que c’est idiot de dire que tout a changé et donc j’ai commencé à travailler sur la période et sur le Moyen-Orient d avant Alexandre. J’ai continué depuis à fouiller et je me suis consacré beaucoup aux Achéménides. 

2-Quelle est votre sentiment après tant de recherches et des travaux sur l’histoire et de la civilisation iranienne ?
D’abord comme je l’ai dit à la Conférence il y a des progrès constants quand on découvre de nouveaux documents, de nouveaux monuments, qui donnent une image de plus en plus précise de ce côté-là, à la fois la civilisation de l’époque achéménides, (plutôt) les civilisations de l’époque achéménides et de l’empire. En cinquante ans les progrès ont été fantastiques. 

3- Quel est le niveau de coopération et d’intérêt des Iraniens pour ce genre de recherches. Quel est la part des Iraniens qui sont vos collègues et qui travaillent dans votre domaine. Sont-ils actifs ? 
La coopération quotidienne est très forte. Ca joue moins dans le domaine historique mais dans le domaine archéologique c’est très fort et le niveau des archéologues iraniens est tout à fait bon. 

4-Dans la conjoncture actuelle où dominent les politiques politisées, l’image et la réputation de l’Iran s’est réduit grâce aux médias mainstream à un pays tout à fait différent de ses réalités. Alors que l'Iran est en plein boom dans le domaine culturel et scientifique, la preuve en est d’innombrables innovation et manifestations culturelles. Est-ce que le monde occidental connaît l’Iran par cet aspect-là ? 
Je crois que oui. Il y a eu dans les années récentes, maintenant ça se termine un peu, parce qu’il y a des sanctions, beaucoup de touristes venu de pays occidentaux qui ont parcouru l’Iran. Il y beaucoup d’ouvrages dans les pays occidentaux qui ont été publiés sur l’histoire de Iran, de l’époque sassanide, de l’époque achéménide, y compris sur la littérature et les grands monuments de cet époque. Je pense que c’est bien connu. 

5-Un dernier mot peut-être avant de quitter Téhéran pour Ispahan ?
Les Iraniens sont très hospitaliers, très agréables et très chaleureux, voilà tout ce que je peux dire. Je suis heureux de venir en Iran et d’être invité, de pouvoir parler devant les auditoires passionnés et intéressés et enthousiastes.


Merci beaucoup Mr.le Professeur de nous avoir accordé cet interview

 

Mots clés

commentaires