• Diplomate iranien: Téhéran n'est pas une menace pour Riyad

Téhéran n'est pas du tout une menace pour Riyad et une Arabie Saoudite déstabilisée ne serait pas dans l'intérêt de la République islamique d'Iran, a déclaré un diplomate iranien, chargé des affaires saoudiennes au ministère des Affaires étrangères.

S'exprimant dimanche 2 décembre à l'occasion d'une réunion sur 'La perspective des relations irano-saoudiennes', Hossein Dervichvand, le diplomate chargé des Affaires saoudiennes, qualifie l'Iran et l'Arabie, de 'deux grandes puissances régionales'.

Evoquant les déclarations tenues par l'ancien ambassadeur d'Iran à Riyad qui avait qualifié l'Iran (chiite) et l'Arabie (sunnite), de 'deux ailes du monde musulman', le diplomate a ajouté: 'Certains ont fustigé ces propos mais les désidératas ne changent pas les réalités et c'est avec cette réalité qu'il faut voir aujourd'hui les choses: 'L'Iran et l'Arabie sont deux acteurs incontournables de la région et ne peuvent pas s'ignorer ', a-t-il insisté avant d'ajouter qu''il faut choisir entre interaction productive et hostilité'.

Faisant allusion aux frontières communes et aux affinités que partagent les deux pays, le diplomate iranien a rappelé que le monde musulman est l'axe d'unité entre Téhéran et Riyad. 

'Nous pouvons travailler sur les points communs' a déclaré l'intéressé avant d'exhorter Riyad à l'interaction, 'comme on en avait déjà l'expérience avec une 'Assemblée religieuse' sous gouvernement du défunt Ayatollah Hachemi Rafsanjani afin de transformer les rivalités en des coopérations. 

Qualifiant de 'vitale' la question de pétrole dans les relations Riyad-Téhéran, le diplomate iranien a indiqué : 'Le pétrole était toujours et même avant la Révolution islamique l'un des pistes de rivalité entre les deux pays, une rivalité qui s'est intensifié après la Révolution', a-t-il conclu.

 

Mots clés

Dec 02, 2018 17:07 UTC
commentaires