Feb 08, 2019 06:12 UTC
  • Le tapis sans égal iranien

La directrice du Centre national du Tapis iranien, Ferechteh Dastpak, a déclaré que l'Iran était, sur plan quantitative, le deuxième exportateur de tapis au monde après l'Inde, mais qu'aucun pays ne pouvait rivaliser avec le tapis fait main iranien en termes de qualité.

La directrice du Centre national du Tapis qui s’exprimait mercredi lors de la cérémonie de lancement de cinq motifs de tapis, type particulier de la région de Lorestan, à l’Organisation de l’Industrie, de la Mine et du Commerce de la province, à l’ouest de l’Iran, a ajouté : « Les motifs de tapis de nombreux pays sont repris et copiés du tapis iranien ».

Elle a qualifié le tapis noué main iranien de « produit de la culture et de la civilisation » qui contribue au développement économique du pays. « Il s’agit de l’un des trois produits d'exportation stratégiques et non pétroliers du pays, dont 95% de sa matière première est locale.

Elle a poursuivi que seulement pour les tapis de soie de Qom, on importe de soie depuis l'étranger, avant d’ajouter que le processus d'approvisionnement de ce matériau à l’intérieur du pays a été lancé ». 
Le tapis fait main est le drapeau et la deuxième carte d’identité du peuple iranien, qui garde le nom du pays toujours en vie et le monde connaît l’Iran par ce produit.

Selon un compte rendu non officiel, 2,5 millions de personnes sont actives dans ce secteur. 
Cette responsable iranienne a ajouté que les tapis de 29 régions d'Iran ont été enregistrés à l’échelle mondiale. 

S’attardant sur le fait que 30% des exportations iraniennes de tapis faites à la main vers les Etats-Unis sont interdites par Trump, la Directrice du Centre national du Tapis a indiqué : « Mais en réalité, c’est le peuple américain qui ont été privés d'art iranien, tandis que les sièges diplomatiques où se déroulent les rencontres entre Trump et les autorités reçues sont ornés par de magnifiques tapis iraniens.

 

Mots clés

commentaires