• Des scientifiques auraient créé un médicament capable de prolonger la vie

De nombreux essais cliniques sur l'homme ont démontré l'efficacité d'une nouvelle approche dans le traitement des maladies causées par l'excès de cholestérol dans le sang. Cela permet de diminuer considérablement les risques de mort prématurée.

Selon de récentes études, des pharmaciens ont réussi à trouver un type de médicament capable de réduire considérablement les risques d'attaques cérébrales et cardiaques susceptibles d'entraîner la mort.

Il s'agit d'une classe relativement nouvelle de médicaments, appelés inhibiteurs de PCSK9, qui représentent des anticorps monoclonaux qui ciblent et inactivent une protéine spécifique secrétée par le foie. Cette dernière réduit considérablement la quantité des lipoprotéines de basse densité (LDL), qualifiées parfois de «mauvais cholestérol» qui, selon certaines études, fait augmenter le risque d'athérosclérose.

Par exemple, un médicament de ce type, le Praluent (alirocumab), mis au point par des équipes de l'entreprise pharmaceutique française Sanofi, a réduit de 29% la mortalité dans un groupe de patients ayant un niveau élevé de cholestérol LDL. Le résultat a été constaté, après deux ans de prise de ce médicament.

Des recherches montrent également que d'autres médicaments de ce type, administrés par injection toutes les deux à quatre semaines, donnent de meilleurs résultats que les statines, qui sont prescrites comme traitement de première intention de l'hypercholestérolémie.

Cependant, ni le Praluent, ni son principal concurrent, le Repatha (evolocumab) fabriqué par Amgen Pharmaceuticals, n'ont connu pour le moment de succès commercial important en raison de leur coût annuel qui s'élève à plus de 14 000 dollars (11 300 euros) par patient.

Mots clés

Mar 14, 2018 04:42 UTC
commentaires