Oct 08, 2021 18:33 UTC

Le Sommet Françafrique qui a lieu aujourd’hui à Montpellier, sans la présence de chef d’État africain, mais selon Paris, seulement en présence de la jeunesse africaine. à quand un Sommet Afrique France sur le continent Africain pour discuter de l’avenir de la France ? Actualité en Afrique :

Côte d’Ivoire : l’application du DRD a généré 500 milliards Fcfa pour les producteurs en 2020/2021 (CCC)

Des allègements fiscaux pour encourager les acquéreurs de navires de nationalité nigériane

Cameroun/Bananes: les exportations camerounaises progressent de 14% en septembre 2021, en glissement annuel

Mauritanie: Nouakchott abritera la quatrième édition des Financial Afrik Awards

 

Analyses de la rédaction :

1. Éthiopie: le jeu sournois des médias 

En Éthiopie, les médias mainstream continuent de fabriquer des amalgames et instaurer des divisions entre les peuples.

Deux jours après l’investiture du Premier ministre Abiy Ahmed pour un second mandat, la composition du nouveau gouvernement éthiopien a été annoncée ce mercredi 6 octobre. Et ce qui a visiblement le plus marqué les médias mainstream, c’est que parmi les 22 personnalités qui la composent, un Tigréen a été nommé au ministère de la Défense.

Pourtant, les Tigréens sont bien des éthiopiens, donc rien d’exceptionnel jusque-là.

Par contre, le coup bas des médias, c’est de vouloir assimiler ce choix à la guerre qui a eu dans la région du Tigré, non pas contre les Tigréens comme le laisse penser ces médias, mais bien contre un groupuscule appelé TPLF.

Regardons ce que dit RFI :

« C’est la principale nouveauté de ce gouvernement. Le ministère éthiopien de la Défense revient à Abraham Belay. Il est originaire de la province du Tigré, mais proche d’Abiy Ahmed. Il fut par le passé, son ministre de l’Innovation et avait été choisi en mai dernier par Addis-Abeba pour prendre la tête du gouvernement intérimaire alors en place dans le Tigré. »

En passant par une description sournoise du nouveau gouvernement, qui selon RFI ne change quasiment pas, le média déclare plu loin dans l’article que :

« Peu de changement donc dans cette nouvelle administration, si ce n’est la présence de deux partis d’opposition. Abiy Ahmed cherche à montrer un visage de leader conciliant et inclusif alors que les critiques de la communauté internationale se font de plus en plus intenses, analyse notre correspondant à Addis-Abeba, Noé Hochet-Bodin. Certes ils n’occupent pas des postes clés au sein du gouvernement, mais les nominations de Berhanu Negaleur et de Belete Molla sont un message important lancé par Abiy Ahmed. Faut-il voir dans ces nominations le signe d’un réel désir d’ouverture ou une décision cosmétique ? Pour le Premier ministre, elles permettent surtout dans un premier temps de répondre aux critiques de la communauté internationale, qui lui reproche de ne pas suffisamment ouvrir l’espace politique. »

Donc, la Communauté internationale, ou plutôt, Occidentale, reproche beaucoup de choses à l’Éthiopie.

Est-ce qu’en France il y a suffisamment d’ouverture dans l’espace politique ? Y a-t-il déjà eu un Premier ministre Corse en France ?

Il est inutile de s’attarder sur ce sujet, mais par contre, il est vraiment important de montrer comment un média comme RFI tente de mettre en place des amalgames. Car c’est ce qu’ils font également au sein de leur propre pays. La division interethnique ou encore, et surtout, interreligieuse, voilà autour de quoi tournent les articles dans les médias mainstream.

Ici, le but est de mettre tous les tigréens dans le même sac que la minorité appartenant au TPLF qui n’a pour but que de déstabiliser le pays et déclencher une grande guerre dans la région.

On a également vu le même genre de schéma au Cameroun avec les séparatistes qui se trouvaient dans les régions anglophones. La population dans ces régions sont les premières victimes des exactions des rebelles, car ils ne sont pas guidés par des motifs nobles comme les médias mainstream semblent le prétendre, mais ils sont surtout là pour suivre les ordres des occidentaux néocolonialistes. C’est pour ça qu’ils sont tant chéris et protégés par les médias mainstream et que la Communauté occidentale garde le silence lorsqu’ils s’attaquent aux civils et qu’ils mettent le pays à feu et à sang.

Les africains ne sont pas dupent, le temps ou les médias mainstream faisait avaler au monde n’importe quoi est révolu !

 

2. Sommet France-Afrique: l'avenir de la France en jeu ?

Le Sommet Françafrique qui a lieu aujourd’hui à Montpellier, sans la présence de chef d’État africain, mais selon Paris, seulement en présence de la jeunesse africaine, porte déjà, à peine commencer, un comportement dictatorial néocolonial.

Le collectif du Contre-Sommet Afrique France a dénoncé, jeudi, les « arrestations arbitraires » de militants sans-papiers et appelé à un rassemblement devant l'Hôtel de police de Montpellier.

Le collectif a exprimé dans un communiqué publié jeudi sa « colère et stupéfaction » en apprenant l’arrestation à Montpellier de militants sans-papiers venus participer au contre-sommet Afrique-France.

Dans le cadre du contre-sommet Afrique-France, la marche de solidarité a organisé un déplacement en train vers Montpellier.

Une vingtaine de militants est donc arrivée, jeudi, à la gare TGV Montpellier Sud de France selon les médias français.

Ces derniers venaient pour manifester contre le sommet Afrique-France avec une délégation demandant justement la régularisation des sans-papiers, selon le collectif.

Ce dernier appelle dans le même communiqué au « boycott total du Sommet organisé par Emmanuel Macron et la mairie de Montpellier ».

Il invite, en outre, les organisations démocratiques de la ville à se joindre à eux devant l’Hôtel de police, jusqu’à la libération des militants interpellés jeudi.

La ville de Montpellier (sud) accueille ce vendredi 8 octobre le 28ème sommet Afrique-France, présidé par Emmanuel Macron mais sans aucun chef d’État africain.

Selon beaucoup d’africains, il est clair que ce Sommet est un moyen que l’Élysée à trouver pour véhiculer des beaux discours afin de redorer le blason de la Françafrique et la faire renaître.

Ces dernières années, les nombreuses manifestations sur le continent africain visant à faire passer un seul message, à savoir, « dehors la France » ont décidément anéanti la vieille Françafrique qui tente désespérément de se faire bien voir aux yeux de la population africaine.

Un Sommet organisé en France, sans aucun chef d’État africain, pour discuter de l’avenir de l’Afrique ? La formule semble assez bizarre. Ce qui est clair, c’est que si c’est organisé en France et par la France, c’est pour discuter de l’avenir de la France en Afrique. Sinon, ce genre de sommet devrait être organisé en Afrique et par des Africains.

Ce Sommet est censé mettre les problèmes à plat, donc il aurait été logique que les militants, au lieu d’être arrêtés, auraient plutôt dû participer à ce Sommet et expliquer en quoi ce Sommet est une supercherie. Mais alors, qui sont les participants ? Y aura-t-il réellement des africains à ce Sommet ? ou ça aura plutôt des airs de l'époque de la Conférence de Berlin ?

L’arrestation des militants qui sont contre ce sommet à Montpellier, donne un air de déjà-vu. C’est exactement le même scénario que Macron a mis en place pour calmer les Gilets Jaunes. Vous vous souvenez, le fameux Grand débat qui était organisé à travers la France, mais évidemment, sans la présence d’au moins un gilet jaune. C’est bien la même technique utilisée pour tenter de dissimuler derrière des beaux discours, la haine de l’oligarchie française vis-à-vis de l’Afrique et son désarroi par rapport à la volonté du peuple africain de mettre les néo-colons hors d’état de nuire. Les beaux discours macroniens ont d’ailleurs mauvaise réputation dans le monde. Non seulement au sein de la population française, mais également africaine. La jeunesse burkinabé a d’ailleurs été parmi le premier à faire face aux fameux beaux discours macroniens, quelques semaines à peine après l’élection de celui-ci. D’ailleurs, quatre ans après la conférence à Ouagadougou, les Burkinabè ont bien compris que le discours de Macron n’était qu’un blabla de plus, et que c’est au peuple burkinabè et même africain de se soulever et de mettre la France et ses alliés à la porte. Bref, avec tout ceci, une question nous vient à l’esprit : à quand un Sommet Afrique France sur le continent Africain pour discuter de l’avenir de la France ?

 

3. RCA: la Fakenews de Wagner!

En Centrafrique, concernant l’affaire de la signature de contrat avec le fameux Wagner, le gouvernement dément pourtant toutes ces allégations. Pour en savoir plus, le géopoliticien Luc Michel va nous apporter la lumière dans cette affaire.

Mots clés