Oct 14, 2021 19:26 UTC
  • USA/France : le coup Wagner signé Alger

Ce juin 2021 quand quelques 7000 soldats US et Cie ont débarqué au Sahara occidental pour menacer l'Algérie Le Pentagone n'aurait jamais cru qu'il pourrait être totalement confus dans ses desseins car à vrai dès l'arrivée de Biden à la Maison Blanche la France atlantiste a été sommée de faire profile bas au Mali et au Sahek de ne faire que le bras exécutant des USA...

Bref le Nord malien il aurait dû être dépeuplé d'une armée malienne qui venait d'y arriver et ce au profit non pas la France mais de l'axe US/OTAN le ciel du Sahel étant déjà sous la férule sioniste. C'était sans compter avec la puissance qu'est l’Algérie. Et le coup Wagner dans le nord malien si c'était l'Algérie derrière ? N'est ce pas que les putchiste s'apprêter à  le livrer à l'axe US/ OTAN une fois la France partie? Ce ne serait plus possible avec Wagner sur place. Voici ce que nous en apprend un site africain : 

D’après le site Algérie Part, proche de certaines sources sécuritaires algériennes, les militaires algériens auraient décidé d’aider la junte militaire malienne à fiancer l’arrivée dans leur pays d’un millier de forces de la société privée Wagner.

Si cette information était confirmée, cela pourrait expliquer la violente sortie médiatisée d’Emmanuel Macron contre le gouvernement algérien et l’absence de marge de manœuvre du Président Tebboune, l’interlocuteur privilégié par l’Élysée depuis son élection voici deux ans. En effet le président français et son ministre des Affaires Etrangères, Jean Yves Le Drian, avaient espéré créer un axe diplomatique entre Paris et Alger susceptible de gérer les dossiers malien et libyen après le départ des troupes françaises du Sahel. L’arrivée des amis de Vladimir Poutine, l’ennemi public numéro un de’Emmanuel Macron, financés de surcroît par l’Algérie l’été dernier, constitue un  formidable désaveu pour les autorités françaises.

Le rapprochement spectaculaire de la Russie et de l’Algérie montrait également que les relations entre Rabat et Moscou se sont également refroidies.

Des forces de la société Wagner

  L’Algérie a décidé de s’approcher davantage de l’actuelle junte malienne aux commandes de ce pays du Sahel avec lequel elle partage plus de 1300 Km de frontières désertiques. Les autorités algériennes ont secrètement lancé un processus de négociations pour nouer une alliance approfondie avec les militaires maliens. Et pour ce faire, l’Algérie a annoncé à la junte malienne qu’elle est même disposée à financer une partie de l’accord de sécurité que les militaires maliens veulent conclure avec les militaires russes de la société privée Wagner, bras armé du Kremlin dans plusieurs zones de conflit.

A peine la France a-t-elle annoncé son intention de réduire sa présence militaire au Mali que des révélations sont faites sur des négociations entre les autorités de transition dans ce pays du Sahel, avec la société Wagner. La nouvelle a provoqué un échange tendu entre Paris et Moscou.

Les négociations portent sur le déploiement d’un millier de paramilitaires russes au Mali pour contribuer à la lutte contre les groupes terroristes. L’idée est très mal accueillie par les Occidentaux, dont la France.

Des pourparlers ont été lancés officieusement depuis le mois de septembre dernier pour proposer aux militaires maliens une participation algérienne au financement de l’accord avec la société russe Wagner.

L’Algérie a fait part de sa disposition à financer entre 50 à  70 % de cet accord qui permettra aux militaires maliens de déployer sur le territoire des militaires et paramilitaires russes chevronnés capables de former et d’équiper l’armée malienne en guerre contre plusieurs groupes terroristes déployés dans les vastes régions du nord du pays.

Depuis le 13 septembre dernier, le rapprochement des militaires maliens avec la Russie est un secret de polichinelle. Reuters a révélé que le groupe Wagner serait payé environ 9,15 millions d’euros par mois pour ses services proposés au Mali. L’accord pourrait également garantir à la société russe l’accès à trois gisements miniers, deux d’or et un de magnésium, avait expliqué aussi Reuters.

Les forces Wagner sont chargées de former les militaires maliens et d’assurer la protection de certains hauts dirigeants maliens.

« L’Algérie ne permettra à aucun pays , »aussi puissant soit-il », d’implanter des bases militaires sur son sol », avait bien assuré  le dimanche 10 octobre le président algérien, Abdelmadjid Tebboune.

Mots clés