Oct 24, 2021 19:01 UTC
  • Algérie: Israël attaqué préventivement?

À première vue c’est à Rabat et à sa politique de vassalité que s'en prend Lamamra, mais à regarder de plus près c'est une claire mise en garde à l'encontre d'Israël que lance le chef de la diplomatie algérienne.

Surtout que le camp Rabat-Tel-Aviv compte depuis quelques heures Riyad et Doha dans son rang, eux qui reconnaissent la marocanité du Sahara. Mais qui dit mise en garde dit action préventive. Vu la mobilisation tous azimuts de l'Algérie au Sahel où elle est allée jusqu'à couper l'herbe sous le pied de Barkhane quitte à l'expulser du Nord malien, une action préventive contre Israël au Maghreb n'est pas à écarter surtout qu'au Tchad, ce même Israël arme et entraîne les séparatistes kabyles contre Alger. Faut il attendre l'entité se déployer au Sahara sous prétexte d'avoir à y exploiter le pétrole pour agir? Ou Alger, a-t-il un plan pour empêcher l'enracinement d'Israël sur ses portes?

Les relations entre l’Algérie et certains pays du golfe Persique, notamment l’Arabie saoudite et le Qatar, se sont récemment ternies sur fond des questions du Maroc et du Sahara occidental.

Après avoir rompu ses relations avec le Maroc, l’Algérie a reçu des offres de médiation du Koweït, de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis pour résoudre le conflit, mais non seulement elle a rejeté toutes les offres de médiation, mais en plus refusé de placer ce sujet à l’ordre du jour de la récente réunion des ministres arabes des Affaires étrangères.

La classe politique et les médias en Algérie estiment que le refus d’Alger des offres de médiation pousse les pays de poids comme l’Arabie saoudite à réagir en se prononçant en faveur de la souveraineté du Maroc sur le Sahara, comme l’a fait deux fois le représentant permanent saoudien auprès des Nations unies, il y a quelques jours.

En plus, le journal Al-Shorouk, proche des autorités saoudiennes, confirme que la position de Riyad est en réalité une réaction au « non » algérien.

Dans ce droit fil, le journal Algérie Patriotique a fustigé l’Arabie saoudite en faisant apparaître un article intitulé « Le régime criminel des Saoud menace l’Algérie auprès des Nations unies ».

Le site web de la télévision algérienne An-Nahar a également rapporté que les propos des représentants permanents de l’Arabie saoudite et du Qatar auprès des Nations unies concernant le Sahara occidental avaient mis en colère les milieux politiques de l’Algérie.

Lors de la 4e Commission de la 76e Assemblée générale des Nations unies, l’Arabie saoudite et le Qatar ont apporté leur soutien aux efforts du Maroc pour parvenir à une « solution politique réaliste » à la question du Sahara.

« Riyad rejette toute atteinte aux intérêts suprêmes ou à la souveraineté et à l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc frère », a souligné Abdallah al-Mouallimi, représentant permanent de l’Arabie saoudite à l’ONU.

Selon la chaîne de télévision An-Nahar, « les déclarations des ambassadeurs saoudien et qatari interviennent à un moment où la communauté internationale ne reconnaît pas la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental ».

« Les propos tenus par les diplomates saoudien et qatari ne tiennent pas compte des principes du droit international et des résolutions de légitimité internationale qui traitent la question du Sahara occidental en tant que question de décolonisation, et ignorent ce qui a finalement été décidé par la Cour internationale de justice de La Haye en 1975. »

An-Nahar a évoqué la décision du Congrès américain qui n’a pas permis l’ouverture d’un consulat au Sahara occidental, malgré la reconnaissance par Donald Trump de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, après que le Maroc a normalisé ses relations avec le régime israélien.

 

Mots clés