Nov 25, 2021 17:11 UTC

À peine quelques heures après l’arrivée de Benny Gantz, ministre de la Guerre du régime sioniste à Rabat, le peuple marocain s’est rassemblé devant le Parlement, mercredi 24 novembre, pour protester contre sa visite au Maroc.

Les deux parties ont signé un protocole d’accord militaire ouvrant la voie à l’expansion de la coopération militaire bilatérale, dont la vente de drones et d’autre type d’armes israéliennes au Maroc. Il est à noter que la demande de la vente du fameux Dôme de fer israélien aux États-Unis a été auparavant accueillie par un non décisif du Pentagone en raison de sa vulnérabilité. Les questions qui se posent sont de savoir si le Maroc se portera volontaire pour acheter un tel système antiaérien et si fondamentalement un accord militaire israélo-marocain pourrait sortir le Maroc victorieux d’une éventuelle guerre contre l’Algérie dotée d’avions de combat et de systèmes de défense antiaérienne russes.  

Les manifestants brandissant des drapeaux de la Palestine ont scandé des slogans en faveur de la cause palestinienne et contre la normalisation des relations avec le régime sioniste.

La police a réprimé les manifestations anti-israéliennes des Marocains les dispersant par la force et les empêchant de se rendre devant le Parlement.

Les manifestants ont également qualifié Benny Gantz de « criminel de guerre » et ont décrit son voyage au Maroc comme une honte et une trahison au sang des martyrs palestiniens.

« L’accueil réservé au ministre israélien de la Guerre par les autorités marocaines est une insulte au peuple marocain qui a toujours porté leur soutien au peuple palestinien », ont déclaré les manifestants.

A Rabat, la police a empêché une manifestation devant le Parlement pour dénoncer son arrivée.

De son côté, le « Groupe Justice et Bienfaisance » du Maroc a condamné la visite de Gantz. Le groupe a publié un communiqué pour condamner l’accueil réservé à Benny Gantz et condamner la police d’avoir empêcher les manifestations devant le Parlement.

Benny Gantz s’est rendu, mercredi 24 novembre, à Rabat, une première visite d’un ministre israélien des Affaires militaires au Maroc, afin de renforcer la coopération sécuritaire entre les deux parties, un an après la normalisation de leurs relations et en pleine tension entre Alger et Rabat.

Le porte-parole du ministère israélien des Affaires militaires a annoncé qu’Israël et le Maroc avaient signé un protocole d’accord militaire qui ouvrirait la voie à la vente d’équipements militaires et à l’expansion de la coopération militaire bilatérale dans le domaine du renseignement, de l’industrie de défense et de la formation militaire.

Des sources sionistes ont fait état de la conclusion du deuxième accord militaire entre le Maroc et le régime sioniste signé par Gantz et les responsables marocains.

Le ministère de la Guerre du régime sioniste a annoncé que Benny Gantz avait signé un contrat avec Abdul Latif Lodi, ministre délégué auprès du Premier ministre chargé du ministère de la Défense nationale pour la vente de drones et d’armes avancées israéliens au Maroc au cours de sa visite dans le pays.

« L’accord fournit le cadre d’une coopération israélo-marocaine en matière de défense et constituera la base pour leur future coopération », a-t-elle ajouté.

Le porte-parole du ministère israélien des Affaires militaires a annoncé, mercredi 24 novembre, qu’Israël et le Maroc avaient signé un protocole d’accord militaire qui ouvrirait la voie à la vente d’équipements militaires et à l’expansion de la coopération militaire bilatérale dans le domaine du renseignement, de l’industrie de défense et de la formation militaire.

Le ministre israélien a déclaré que les relations bilatérales avec le Maroc devraient s’étendre et se consolider. Auparavant, le ministre israélien des Affaires étrangères, Yaïr Lapid, s’était rendu au Maroc.

Israël et le Maroc avaient établi des relations diplomatiques au début des années 1990 avant que le Maroc n’y mette fin au début de la seconde Intifada, appelée aussi l’Intifada de la mosquée Al-Aqsa du début des années 2000.  

L’année dernière, après la normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et Bahreïn avec le régime sioniste, le Maroc a également repris ses relations avec Tel-Aviv.

 

Mots clés