Jun 23, 2022 19:00 UTC
  •  Leçon ukrainienne pour Alger

Les autorités algériennes se sont tournées vers la Russie pour obtenir de l’aide dans la destruction des drones Bayraktar TB2.

Alors que certains médias évoquent une hypothèse d’un conflit probable entre l’Algérie et le Maroc, les autorités algériennes se seraient tournées vers l’armée russe pour obtenir de l’aide afin de fournir des moyens susceptibles de prendre pour cible le drone fabriqué en Turquie « Bayraktar TB2 ». Alger déclare que ce dernier constitue une menace très sérieuse pour le pays. Il convient de noter que la Russie a une longue expérience dans l’interception et la destruction de cet aéronef turc.

Le site d’information russe avia.pro rapporte que les autorités algériennes ont proposé « officieusement » à la Russie de mener une formation militaire pour des dizaines de membres du front Polisario. Le rapport de Maghreb Intelligence souligne également que le but principal de cette formation est de permettre aux éléments du Polisario « d’apprendre les méthodes de guerre et de répondre aux drones utilisés par l’armée marocaine dans les opérations militaires contre les incursions du Polisario ».

L’Algérie est classée à la 14ᵉ position mondiale en ce qui concerne le nombre total de navires de guerre et de sous-marins et devance la France.

Faisant référence à Hiba Press, le média russe souligne l’armée russe possède la plus riche expérience dans la lutte contre le drone de combat turc « Bayraktar TB2 ». C’est probablement la raison pour laquelle Alger s’est tourné spécifiquement vers Moscou. En outre, l’Algérie paraît avoir « la plus grande confiance en armements russes, selon Hiba Press.

Mots clés