Apr 06, 2020 05:03 UTC

L’actualité en Afrique :

  • Tchad : l’armée a chassé Boko Haram des îles du Lac, affirme Déby
  • Côte d’Ivoire : l’État va prendre en charge les factures de l’électricité d’un million de ménages abonnés au tarif social
  • Les équipements d’énergies renouvelables désormais assortis d’exonération douanière au Mali

Les analyses de la rédaction :

-Centrafrique : le KNK accuse les autorités d’avoir cherché à arrêter Bozizé

ON le voyait venir : Touadera gêne les puissances, et il les gêne au plus haut point : Les 6 suspects dont 2 officiers auraient préparé de lancer une opération contre la maison carcérale de Ngaragba, dans le septième arrondissement de Bangui, dans le but de libérer leurs compagnons d’armes, arrêtés le 28 mars dernier, au domicile du ministre de la Culture, Dieudonné Ndomaté, selon un communiqué du parquet général de Bangui. Ce vendredi, à Bangui, le quartier Sassara, au PK12, à la sortie nord de la capitale, a été encerclé par les forces de l’ordre lourdement armées. Les premiers éléments d’informations qui circulaient faisant état de la tentative d’arrestation de l’ancien président de la République, le général François Bozizé. Puis quelques heures plus tard, d’autres sources sécuritaires parlent de l’arrestation de trois officiers de l’armée, au quartier PK11, suspectés de connivence avec les 16 FACA-Balaka arrêtés dernièrement au quartier Galabadja-Sinistré. Finalement, vers 16 heures, sous pression des rumeurs, le parquet général de Bangui, dans son communiqué du 3 avril, confirme l’arrestation de 6 individus, dont 2 officiers des forces armées centrafricaines. Selon le procureur général Didier Tombeau, les 6 suspects arrêtés auraient préparé activement depuis quelques jours une opération visant à libérer leurs compagnons d’armes arrêtés le 28 mars au domicile du ministre Dieudonné Ndomaté, au quartier Galabadja-Sinistré, dans le huitième arrondissement de Bangui. Dans ce communiqué du parquet, les rumeurs faisant état de tentatives d’arrestation de l’ancien Président François Bozizé n’ont pas été confirmées officiellement. Rappelons que depuis l’arrestation de 16 officiers de la milice Anti-Balaka au quartier Galabadja-Sinistré le 28 mars dernier, la tension ne cesse de monter à Bangui entre les proches de l’ancien Président de la République, le général François Bozizé, et les autorités du pays, en tête, le chef de l’État Faustin Archange Touadéra. Un coup de France ? Possible... Incapable de nuire aux efforts de réconciliation du président qui a su réunir musulmans et chrétiens sous le drapeau d’une RCA souveraine, laquelle sait choisir ses partenaires Russie et Chine entre autres, la France a dû en toute logique tenter ce coup. mais les relais français semblent avoir échoué ou alors que la France a réellement perdu sa main en RCA 

2. Deby prend de court... 

La mort de 92 valeureux soldats tchadiens poussera-t-elle le président Deby à cesser de jouer le double jeu et à se désolidariser totalement des puissances occidentales ? Cela en a parfaitement l’air, vu l’opération d’envergure que l’armée tchadienne mène en ce moment dans la province du lac Tchad contre les supplétifs takfiristes des puissances occidentales plus l’Arabie et qu’on nomme Boko Haram à Boma. Sur place, le président Idriss Déby Itno a revêtu les habits de chef de guerre pour mener la riposte. Les combats – qui ont débuté vers cinq heures du matin – ont duré plus de sept heures, lundi 23 mars, sur plusieurs fronts, autour de la presqu’île de Boma, dans la zone tchadienne du lac Tchad, où les terroristes de Boko Haram avaient lancé leur attaque sur les positions de l’armée tchadienne. Au moins 92 militaires ont été tués, dont plusieurs parmi les renforts envoyés sur place après le début des hostilités. L’armée tchadienne a donc lancé une opération « massive » contre les restes de Boko Haram autour du lac Tchad en réponse à une attaque récente du groupe terroriste qui a coûté la vie à des dizaines de soldats. L’attaque brutale, qui a eu lieu le 23 mars, visait un camp militaire dans la région de Boma, située dans la province occidentale du pays, Lac. Au moins 98 soldats ont été tués dans l’attaque, tandis que des dizaines d’autres ont été blessés. Le ministre de la Défense du pays, Mahamat Abali Salah, a annoncé le lancement de « l’opération Boma’s Wrath » le 31 mars en réponse à l’attaque de Boko Haram. « Notre objectif est de débarrasser le lac Tchad de la terreur. Nous continuerons à partager les détails de l’opération », a déclaré le ministre Salah dans un discours télévisé, selon l’agence Anadolu. Au cours de l’opération, cinq compagnies de soldats ont été déployées au Niger et au Nigéria avec l’approbation de ces pays. Lac a également été annoncé une « zone militaire ». Des civils ont été sommés de quitter la province pour le moment. Le 4 avril, l’armée tchadienne a annoncé que cinq bases de Boko Haram autour du lac Tchad avaient été détruites dans le cadre de l’opération Boma’s Warth. Des sources locales ont affirmé que des dizaines de terroristes du groupe avaient également été tués.

 

Mots clés

commentaires