Aug 04, 2020 16:38 UTC
  • Libye: Ies MiG russes frappent la Turquie

Ce lundi 3 août, un incendie massif s’est déclaré à l’aéroport international de Misrata, partiellement exploité par les forces armées turques en Libye.

Les photos prises du site montrent la hauteur des flammes dans le hall de départ de l’aéroport.

Selon les sites libyens, les pompiers ont réussi à éteindre le feu, qui selon ce que les militants ont documenté était visible de loin à cause de ses grandes dimensions.

Jusqu’à présent, le Gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli n’a émis aucun commentaire sur les raisons de l’incendie.

L’Armée nationale libyenne (ANL) a accusé à plusieurs reprises le GNA d’avoir reçu des fournitures turques à l’aéroport de Misrata.

Selon le site Avia.pro, des chasseurs MiG-29 en service dans l’Armée nationale libyenne (ANL) ont lancé de multiples frappes sur les positions des forces turques à l’aéroport de Misrata. Des sources font état d’au moins six explosions, tout en soulignant que des hélicoptères turcs, un hangar des drones et l’un des avions de transport militaires livrant des armements de la Turquie vers la Libye ont été visés.

À peine deux jours plus tôt, les forces du Gouvernement d’union nationale de la Libye avaient publié des images d’hélicoptères militaires turcs déployés sur la base aérienne de Misrata, menaçant de les utiliser contre l’Armée nationale libyenne, cependant, à en juger par les images publiées de la scène, les pertes des forces turques et celles du Gouvernement d’union nationale ont été importantes.

Selon certains rapports, les chasseurs ont lancé des frappes depuis une distance lointaine, ce qui minimise la possibilité d’être interceptés par les systèmes de défense aérienne turcs, pourtant des sources affiliées au Gouvernement d’union nationale rapportent que les chasseurs étaient visuellement détectés (l’utilisation de drones a également été supposée).

Il est à noter qu’il s’agit de l’un des raids aériens des avions militaires de l’Armée nationale libyenne ces derniers mois sur les positions des forces turques et des forces affiliées au Gouvernement d’union nationale, à Misrata.

 

 

Mots clés

commentaires