Sep 22, 2020 09:01 UTC

Dans ce numéro de Maghreb Press : Maroc -Les USA menacent l’Algérie par Maroc interposé?

Deuxième exercice aéronaval US/Maroc, en l'espace d'à peine une semaine aux portes de l'Algérie ! L’US Navy et la frégate de la Marine Royale marocaine ont mené ce 15 septembre 2020 un exercice naval conjoint au large des côtes marocaines alors qu'en juillet on parlait déjà de Ksar Sghir comme étant une base militaire américaine en devenir! le 8 septembre, un premier exercice de nature quasi identique s'était déroulé au sud de la Méditerranée, plus près des frontières algériennes, là encore impliquant les unités aéronavales US/OTAN/Maroc. Selon les forces navales américaines Europe-Afrique, la base expéditionnaire maritime USS Hershel «Woody» Williams (ESB 4) a participé à l'exercice d'entraînement au pistage avec la frégate de classe Floréale de la marine Royale marocaine. Tout lecteur non averti verrait à travers ces termes barbares rien de plus qu'un bâtiment de guerre et pourtant USS Hershel qui attendait dès le mois d’août son heure pour quitter Naple à destination du Maroc est presque un centre de commandement naval conjoint. 

«Dans cet environnement maritime complexe (africain, NDLR), un navire comme celui-ci permet de projeter sa puissance avec une présence persistante»,  déclarait en août le vice-amiral Gene Black, commandant de la 6e flotte américaine, dans un communiqué. «Le navire est idéal pour les missions dans ce théâtre, car il peut facilement s'intégrer avec les Marines et nos alliés et partenaires dans bon nombre de nos opérations dans toute la région à différents niveaux de complexité. D'ailleurs l'info affirme que le navire de guerre marocain a travaillé avec "le Centre régional des opérations maritimes pour suivre Hershel «Woody» Williams et simuler une interception au large des côtes marocaines". Cela veut dire très clairement que le Maroc vient d'intégrer le commandement aéronaval US en prévision des guerres à venir, sans pourtant le reconnaître clairement. D'où cette expression très bizarre "scénario d'homme à la mer simulés" qui apparaît juste aux côtés des exercices de connexion entre navires et hélicoptère et qui semble cacher une opération de débarquement simulée :" L'exercice comprenait également des scénarios d'homme à la mer simulés et des liens de communication entre les deux navires et un hélicoptère MH-60S, affecté à l'Escadron de combat d'hélicoptères de la mer (HSC) 28. Les marins américains avec HSC-28 et les Marines américains avec II Marine Expeditionary Force (II MEF ), embarqués à bord du Hershel «Woody» Williams, ont exécuté des opérations aériennes à l'appui de l'exercice, fournissant des communications, des images visuelles et un soutien aux opérations de recherche et de sauvetage". En effet le mot est bien lâche à la fin de l'info : " Cet exercice fait suite à la participation du Maroc à une mission d’interopérabilité aérienne le 7 septembre. Quatre F-16 de l’armée de l’air marocaine ont participé à une évolution de la formation aux côtés de l’US Air Force B-52H Stratofortresses et du destroyer lance-missiles Arleigh-Burke USS Roosevelt (DDG 80) dans le sud de la mer Méditerranée".

Mais "interopérabilité" contre qui? «cette marine qui a vécu, à travers notre glorieuse histoire, son âge d'or, était incontestablement la première puissance navale et constituait une force redoutable en mer Méditerranée, affirmait le chef d'état-major algérien, Saïd Changriha, fin aôut à oran

Avec panorapost

  • Algérie/Libye

Depuis le début de la crise libyenne on savait que l’occident n’avait aucun problème pour piller le pétrole depuis 2011.  À quoi rimait alors cette guerre libo-libyen ? Sarraj vient de jeter l’éponge sous pression turque puisque les bases aérienne et navale que l’OTAN souhaitait avoir aux portes algériennes, elle les a déjà. Alors les compte à rebours d’une attaque conte l’Algérie a déjà commencé ; les premières violences ont commencé à la frontière avec le Niger où deux soldats nigériens ont été assassinés par les groupes terroristes. Les médias rapportent en effet que deux militaires nigériens ont été tués dans une attaque à la frontière avec l’Algérie. Et qui est derrière ? le 15 septembre jour où l’attaque a eu lieu, une ONG américaine, une énième du nom OIM a fait son apparition au Niger, Sa mission ? L’organisation prétend que cette nouvelle base permettrait au Niger de faire face aux multiples défis de la gestion de ses vastes frontières. Ce qui paraît un nouvel prétexte permettant aux Américains de poursuivre leurs objectifs dans la région nord-africaine en déployant des terroristes dans la région via les frontières du Mali et du Niger.

L’attaque menée contre les militaires nigériens a été perpétrée par des individus non identifiés, dans la région d’Agadez, région qui abrite d’ailleurs la plus grande base de drones US dans le monde. Et justement l’attaque a eu lieu, alors que les militaires nigériens assuraient la sécurité des travaux de construction de la Route Transsaharienne…

  • Algérie

-Algérie Télécom va renforcer son débit Internet via un 4e câble sous-marin

Selon une récente déclaration de Brahim Boumzar, Ministre de la Poste et des Télécommunications, l’opérateur de télécommunications, Algérie Télécom compte améliorer le débit de la connexion Internet dès le mois d’octobre 2020. Ceci en s’équipant d’un quatrième (4e) câble sous-marin.

Intervenant lors d’une allocution tenue le 07 septembre, en marge de la cérémonie de signature de l’accord de généralisation des moyens du paiement électronique ; au niveau des structures touristiques, entre les secteurs de la Poste et du Tourisme; le Ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique; Brahim Boumzar a indiqué que le fournisseur national de l’Internet, Algérie Télécom compte augmenter le débit de la connexion Web.

Ainsi dans le cadre du développement de l’écosystème de talents en TIC et faire face aux impératifs de la transformation digitale en Algérie, Huawei a organisé, via visioconférence, la finale nationale « Huawei ICT Compétition» en faveur des étudiants algériens, issus de 10 équipes venant universités et instituts de l’Enseignement supérieur.

Durant cette année, Huawei Algérie a lancé, dans le cadre du programme ICT Accademy, les cours de « Intelligence artificielle ». Ainsi, l’Algérie figure parmi les premiers pays au monde, où Huawei lance la spécialité AI.

Afin de satisfaire aux nouvelles exigences et de relever les nouveaux défis, le programme de la Huawei ICT Academy passera à la phase 2.0 en 2020. Selon son projet déployé sur cinq ans, Huawei formera 2 millions de professionnels des TIC tout en mettant en permanence à jour ses solutions de coopération école-entreprise dans le domaine des technologies de pointe, telles que la 5G et l’intelligence artificielle (AI).

Source : dzairdaily avec dia-algerie

  • Tunisie

-Manifestations du peuple tunisien contre les accords de compromis des régimes arabes avec Israël

Les habitants de la capitale tunisienne ont protesté contre la signature de l’accord de compromis EAU-Bahreïn avec le régime israélien à Washington.

Les manifestants brandissant des pancartes ont scandé des slogans contre les régimes des Émirats arabes unis et de Bahreïn qui ont trahi la nation arabe. Ils ont également réitéré leur soutien à la cause palestinienne.

Zouhair Hamdi, le secrétaire général du parti du Courant populaire tunisien a déclaré à Al-Mayadeen que certains pays arabes du golfe Persique s’étaient mis du côté du régime israélien.

« Nous avertissons ces régimes arabes qu'Israël ne vous protégera jamais », a-t-il ajouté.

Les responsables émiratis et bahreïnis ont signé mardi 15 septembre un accord de compromis avec le régime occupant d’Israël en présence du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et du président américain Donald Trump à Washington.

Les Émirats arabes unis, le 13 août et Bahreïn le 11 septembre ont annoncé qu'ils étaient parvenus à un accord avec le régime israélien sur la normalisation de leurs relations. L'accord a été négocié par Donald Trump au seuil de l'élection présidentielle américaine.

  • Egypte

-L’Egypte travaille sur plusieurs grands projets spatiaux qui devraient arriver à maturité d’ici 2022

D’ici 2022, l’Égypte veut lancer trois satellites dans l’espace. Deux (dont un pour l’observation de la Terre) en partenariat avec la Chine, et un dédié à l’éducation en collaboration avec une société allemande. Le projet de satellite panafricain AfDev-Sat quant à lui est en pause à cause du coronavirus.

Le président-directeur général de l’Agence spatiale égyptienne, Mohamed El-Qosi, a révélé quelques informations sur divers projets sur lesquels le pays planche actuellement, rapporte arabnews.com le 12 septembre 2020. Il a indiqué que l’Égypte prépare le lancement de deux satellites, en 2021 et 2022, en collaboration avec la Chine. L’un de ses équipements spatiaux aura une capacité d'imagerie à haute résolution et servira à l’observation de la Terre.

Selon Mohamed El-Qosi, le lancement des deux satellites, « résultat de relations politiques solides entre le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le président chinois Xi Jinping », est planifié depuis septembre 2019. Leur construction va démarrer en Égypte et en Chine suite à la l’achèvement de la première phase du projet qui portait sur la construction d’un centre d’assemblage de satellite…

Source : agenceecofin

 

 

 

 

Mots clés

commentaires