Jul 06, 2021 17:19 UTC
  • L'Algérie frappera Israël?

Une chaîne de télévision officielle sioniste a indiqué qu’un F-16 de l’armée de l’air marocaine a atterri sur la base aérienne israélienne Hatzor,

ce dimanche 4 juillet alors même que l’agence de presse russe Sputnik a fait état de l’atterrissage sur la même base aérienne d'un Hercules C-130 appartenant à l'armée de l'air marocaine qui y serait arrivé pour un exercice impliquant plusieurs pays cette semaine, exercice de connotation foncièrement anti-russe puisqu'il s'agit de Sea Breeze 2021 que la 6e flotte américaine co-organise avec la marine ukrainienne en mer Noire, du 28 juin au 10 juillet et qui se concentre sur la guerre amphibie, la guerre de manœuvre terrestre, les opérations de plongée, les opérations d'interdiction maritime, la défense aérienne, l'intégration des opérations spéciales, la guerre anti-sous-marine et les opérations de recherche et de sauvetage, impliquant 32 pays mais seulement 5 000 soldats, 32 navires, 40 avions et 18 équipes d'opérations spéciales et de plongée à l'exercice, les participant étant pour en gros des filiales de l'US Army répartis aux quatre coins du monde.

Déjà, la réapparition des composantes de l'armée de l'air américaine, que ce soit des F-16 ou des Hercules C-130 qui, n'en déplaise à la presse maghrébine, est moins un avion cargo qu'un « gunship » à savoir un appareil d'appui aérien rapproché, c'est un point de moins pour la Russie qui depuis que les troupes US ont débarqué au Sahara occidental sous prétexte d'avoir à y exercer l'armée marocaine contre « un ennemi extérieur », hésite à apporter un soutien ferme à l'Algérie, pour cause de leurs liens avec Rabat. En effet, la participation plus ou moins forcée d'un royaume marocain à une manœuvre militaire visant à défier, si ce n'est à frapper la marine russe au domicile, est le coup le plus fatal à un partenariat Russie-Maroc qui, si les choses continuaient à aller au rythme d'avant la normalisation aurait pu même déboucher sur l'émergence d'une base russe à Dakhla que convoite aujourd'hui l'Amérique de Biden. Mais le côté russe de cette info n'en est qu'une seule facette.

Un F-16 ou un C-130 marocain atterri à la base aérienne du centre d'Israël, Hatzor, cela ne change pas grand- chose au fond du plan qui semble être sur le point de se mettre étape par étape en place contre l'Algérie, et qui consiste à cibler la puissance offensive et défensive aérienne, puissance qui rappelons le a brillé par ses extraordinaire capacités à tenir tête déjà dans les années 80 à l'armée de l'air sioniste. Surtout que pas plus tard qu'il y a deux semaines, le chef d'état-major de l'armée algérienne en visite parfaitement calibrée à Moscou a dénoncé le jeu trouble de deux membres permanents du Conseil de sécurité, à comprendre les USA et la France qui cherchent par Maroc interposé, à mettre au pas le méga verrou anti-Israël qu'est l'Algérie au Maghreb et à imposer l'emprise US/Sionisme sur le nord de l'Afrique. 

En effet, ce Sea Breeze 21 qui se déroule en mer Noire vient de compléter African Lion 21 que la Garde nationale de Géorgie a supervisé et qui en dépit de pas mal de bourdes et failles, tout en se déroulant aux portes terrestre et aérienne de l'Algérie, s'est obstinément concentré là encore sur les capacités de DCA algérienne. En effet le type d’armements que les participants à l’African Lion se sont entraînés à employer, visait tous les systèmes de missiles sol-air à longue portée S-400, l’Algérie étant notamment le seul opérateur du S-400 sur le continent africain et déployant également l’ancien S-300PMU-2 et plusieurs systèmes anti-aériens à plus courte portée. La politique de défense algérienne est largement perçue comme volontariste, du fait de l’intensification des efforts du pays visant à moderniser son armée, et ceci à partir du début de l’année 2011, en grande partie en raison du sort du voisin libyen.

Tout ceci nous mène à nous concentrer sur « Hatzor », cette base aérienne fondé par les colonialistes britanniques avant d'être léguée aux colonialistes sionistes. C'est une base située non loin d'Ashdod qui accueille outre des escadrons de F-16 et de B-200, des « Fligt simulators ».

Il s'agit d'un réseau de huit modules de simulation utilisant des images satellites du Liban, et de la Syrie pour former les pilotes aux « missions de frappe en profondeur ». Désormais les pilotes marocains ou pourquoi pas israéliens déguisé en marocains auraient à y apprendre de frapper aussi et en profondeur l'Algérie, surtout si on conclut à partir de toutes ces infos contradictoires qu'en tout et pour tout, un F-16 et un C-130 marocain, bourrés de donnés liées au ciel algérien, auraient atterri à Hatzor pour des fins d'apprentissage. 

Alors appelons un chat, un chat et soulignons que l'armée de l'air sioniste retranchée derrière le Maroc ambitionne de bombarder l'Algérie en profondeur. Évidemment que l'Algérie dont le chef d'état-major s'est déplacé tout récemment en Russie, a tenu compte d'une telle perspective, elle qui s'est fait le premier pays au monde à s'offrir le chasseur du 5e génération le Su-57.

Mais ce n'est pas suffisant. Au Moyen-Orient où un combat acharné est livré à tout instant contre l'Empire finissant, il y a un principe, celui d'anticipation. En mai, Hatzor a été l'une des six bases aériennes principales d'Israël à avoir été prise pour cible des salves de missiles et de roquettes de la Résistance palestinienne sans que l'armée sioniste puisse s'en défendre. Ni l'armée sioniste ni cette fameuse Fronde de David qui constitue la seconde couche de la DCA israélienne et dont une batterie se trouve déployée à Hatzor depuis 2017.

Il en était de même pour 5 autres bases à savoir Tel Nof, Hatzerim, Nevatim, Ramon et Palmachim qui ont toutes été prises pour cibles par des engins perçant la DCA « multicouche » sioniste. Puisqu’Israël s’entraîne à bombarder l'Algérie, et dont les drones sont déjà bien à l'oeuvre pour liquider les combattants du Polisario au Sahara, pourquoi ne pas anticiper, ne pas faire militairement partie de l'axe de la Résistance avant qu'il ne soit trop tard? Après tout le briseur du « Grand Maghreb » qu'est l'Algérie ne peut ne pas organiquement se rallier au briseur du Grand Moyen-Orient qu'est la Résistance... 

Mots clés