Jul 26, 2021 10:10 UTC
  • Tunisie : Saïed, le putschiste ou... ?

Est-ce un coup d'État à la Sissi que le président Saïed vient de perpétrer comme le dit l'activiste saoudien Mujtahid à l'aide des Émirats et de l'Arabie saoudite et de la France contre "la légitimité de l'État" en en écartant le Premier ministre et le Parlement élu ou est-ce un coup anti Israël?

Saïd, l'anti sioniste a prouvé qu'il était campé sur sa position anti israélienne et que la normalisation à la marocaine n'est pas sa tasse de thé. D'ailleurs ces crises à répétition, ces manifs exogènes, c'est en garde partie liées en Tunisie à son refus de céder. Après tout une Tunisie normalisante fera de l'Algérie un dernier bastion anti Israël à conquérir, objectif que les agitations militaires de l'axe US/Israël au Sahara, au Sahel et en Méditerranée occidentale rendraient plus ou moins possibles. Alors il faudrait peut-être pas allé trop vite à la besogne. Said aurait peut-être évité via ce coup de force anti constitutionnel une guerre civile qui visait à faire de Tunisie, une seconde Syrie et ce aux portes de l'Algérie. Le plan libo-libyen n'ayant pas été assez conséquent en la matière. Les heures qui suivent nous en diront plus. Pour l'heure la seule partie à dénoncer le coup, c'est le Sultan Erdogan, la cinquième colonne d'Israël au Moyen-Orient au Maghreb. Que s'est-il passé dans la nuit de dimanche à lundi? 

Le président Kaïs Saïed a déclaré qu'il assumerait le pouvoir exécutif avec l'aide d'un nouveau Premier ministre, dans le plus grand défi à ce jour pour le système démocratique que la Tunisie a introduit lors d'une révolution de 2011.

Des foules de personnes ont rapidement inondé la capitale et d'autres villes pour soutenir Kaïs Saïed

Alors que ses partisans remplissaient l'avenue centrale Habib Bourguiba, épicentre de la révolution de 2011, Kaïs Saïed les a rejoints dans la rue, selon des images de la télévision d'État.

Cependant, l'étendue du soutien aux initiatives de Kaïs Saïed contre un gouvernement fragile et un Parlement divisé n'était pas claire, car le président du Parlement Rached Ghannouchi a appelé les Tunisiens à descendre dans la rue pour arrêter ce qu'il a appelé un coup d'État.

« Je mets en garde tous ceux qui pensent recourir aux armes (...) et quiconque tire une balle, les forces armées répondront par des balles », a-t-il averti dans un communiqué diffusé à la télévision.

Quelques heures après la déclaration, des véhicules militaires ont encerclé le bâtiment du Parlement alors que des personnes à proximité applaudissaient et chantaient l'hymne national, ont déclaré deux témoins. Les médias locaux ont rapporté que l'armée avait également encerclé le bâtiment de la télévision d'État.

Des manifestations, appelées par des militants des médias sociaux mais non soutenues par aucun des grands Partis politiques, ont eu lieu dimanche, une grande partie de la colère étant concentrée sur le parti Ennahda, le plus grand du Parlement.

Le chef du Parti Ennahda qui est également à la tête du Parlement Rached Ghannouchi, a immédiatement qualifié la décision de Kaïs Saïed de coup d'État contre la révolution et la Constitution.

« Nous considérons que les institutions sont toujours debout, et les partisans d'Ennahda et le peuple tunisien défendront la révolution », a-t-il ajouté, évoquant la perspective d'affrontements entre partisans d'Ennahda et de Kaïs Saïed.

Après avoir appelé les gens à descendre dans la rue pour protester dans un message vidéo plus tard dans la nuit, Ghannouchi a déclaré que le Parlement se réunirait au mépris de la décision de Saïed.

Le chef d'un autre Parti, Karama, et l'ancien président Moncef Marzouki ont tous deux rejoint Ennahda pour qualifier la décision de Saïed de coup d'État.

« Je demande au peuple tunisien de faire attention à ne pas croire que c'est le début de la solution. C'est le début d'un enlisement bien plus pire », a déclaré Marzouki dans une déclaration vidéo.

Des citoyens tunisiens en colère ont rencontré le Premier ministre de leur pays, Hisham Al-Mashichi, lors de sa visite ce samedi dans les centres de vaccination de la ville de Nador dans le gouvernorat du nord de Zaghouan.

C'était pour protester contre la détérioration de la santé et l'échec des autorités à contenir le coronavirus qui a tué des milliers de Tunisiens.

Il a été rapporté sur les réseaux sociaux que des dizaines de citoyens se sont rassemblés dans le centre-ville et scandé des slogans contre le Premier ministre qui a été ensuite obligé de quitter les lieux.

Le gouvernement d'al-Mashishi et sa ceinture parlementaire, dirigés par le mouvement Ennahda, font face à des accusations de la part des cercles populaires et politiques pour la mauvaise gestion de la crise de la pandémie.

La Tunisie signe un accord militaire de 10 ans avec les USA

L’ancien secrétaire américain à la Défense Mark Esper a signé le mercredi 30 septembre 2020 un accord de coopération militaire de 10 ans avec Tunis lors de la première étape d'une tournée régionale, saluant la collaboration américano-tunisienne sur le conflit en Libye voisine.

La dernière décennie a vu une coopération croissante entre le Pentagone et la Tunisie, en particulier sur la formation antiterroriste et la sécurisation de la longue frontière du pays nord-africain avec la Libye, où des groupes terroristes opèrent et où les puissances mondiales soutiennent des camps rivaux dans une guerre complexe.

« Nous sommes impatients d'élargir cette relation pour aider la Tunisie à protéger ses ports maritimes et ses frontières terrestres, à dissuader le terrorisme et à empêcher les efforts corrosifs des régimes autocratiques d'entrer dans votre pays », a déclaré Esper dans un discours après avoir rencontré le président Kaïs Saïed.

Washington a classé en 2015 la Tunisie comme un allié majeur non membre de l'OTAN, favorisant une coopération militaire renforcée.

Les deux parties organisent régulièrement des exercices conjoints et depuis 2011, Washington a investi plus d'un milliard de dollars dans l'armée tunisienne, selon le commandement américain pour l'Afrique, Africom.

L'accord signé le 30 septembre dont tous les détails n’ont pas été divulgués, dure une décennie et couvre la formation et le service après-vente d'armes américaines sophistiquées, ont indiqué des responsables de l'entourage d'Esper.

La Tunisie a démenti en 2016 un rapport du Washington Post selon lequel elle aurait autorisé les États-Unis à utiliser des drones depuis son territoire pour des missions en Libye contre le groupe terroriste Daech.

Mais une cour martiale a confirmé en 2017 la présence d'un escadron américain opérant des drones depuis une base tunisienne dans la région nord de Bizerte.

Nouvel intérêt américain

Les États-Unis ont « repris de l'intérêt » pour leurs alliés de longue date, la Tunisie et le Maroc, a déclaré l'analyste tunisien Youssef Cherif, citant le poids croissant des groupes terroristes en Libye et dans la région du Sahel depuis 2011.

« Mais la Tunisie ne semble pas avoir donné son accord pour utiliser son espace aérien et son territoire pour mener des attaques », a-t-il déclaré à l'AFP.

En mai, le chef d'Africom a déclaré que les États-Unis enverraient davantage de troupes dans le pays à la lumière de la détérioration de la situation en Libye, déclenchant un tollé en Tunisie.

L’Africom a par la suite précisé qu'il ne déployait qu'une « petite unité d'entraînement » qui ne participerait pas à des missions de combat, et le gouvernement tunisien a déclaré qu'il n'y avait aucun projet de base américaine dans le pays.

 

 

 

Mots clés