Jul 28, 2021 13:25 UTC

L'événement qui consiste à ce que le régime israélien devienne un observateur au sein de l’Union africaine est porteur de quel message pour les Africains ?

Actualité en Afrique :

  • Crise politique en Tunisie : Téhéran espère que Tunis franchira cette étape critique « dans les plus brefs délais »
  • Burkina Faso : 12es Universités africaines de la Communication : Le comité d’organisation et le conseil scientifique installés
  • Sénégal – Lancement de la première promotion de Formation et recrutement d’élèves pilotes et de techniciens en maintenance aéronautique
  • Côte d’Ivoire : Ouattara et Kaboré entendent “faire de l’axe Abidjan-Ouagadougou un modèle réussi d’intégration en Afrique de l’Ouest”

 

Analyses de la rédaction :

1. Cameroun : Boko Haram remplace les séparatistes ?

Au Cameroun, les États-Unis changeraient-ils de stratégie ?

Après les nombreux échecs quant à la déstabilisation du Cameroun, en ayant notamment lancé les séparatistes depuis les régions de l’extrême Nord et Sud du pays contre le Cameroun, et vu l’échec essuyé grâce au lancement de l’opération Bamenda Clean par l’armée nationale épauler par la population camerounaise, est-ce maintenant le groupe terroriste de Boko Haram qui prendrait la relève ?

Ces derniers jours, le groupe terroriste de Boko Haram a lancé des attaques contre les militaires camerounais dans la région de l’Extrême-Nord, frontalier du Nigéria. Au moins 5 militaires ont été tués dans la nuit de lundi à mardi 27 juillet.

L'attaque a visé le poste militaire de Zigagué, une localité située près de la frontière avec le Nigeria dans le département du Logon et Chari.

« Tard dans la nuit de lundi à mardi, des terroristes de Boko Haram ont attaqué le poste militaire de Zigagué », situé dans l'arrondissement de Waza à la frontière avec le Nigeria, a indiqué à Anadolu le sous-préfet de Waza, William Bigna.

« Les terroristes ont lancé l’assaut contre le poste militaire à l’aide d'explosifs et les militaires qui s’y trouvaient, ont été brûlés vifs », a-t-il précisé.

Les assaillants ont également incendié des véhicules militaires qui étaient stationnés devant le poste militaire, a ajouté la même source.

En moins de quatre jours, le Cameroun a perdu une dizaine d’éléments de l’armée dans des attaques de Boko Haram.

Samedi 24 juillet, au moins huit militaires camerounais ont été tués par de présumés éléments de Boko Haram lors d’une attaque contre le poste militaire de Sagme situé toujours dans le département du Logon et Chari.

Lors de cette attaque, « plusieurs assaillants » avaient aussi été neutralisés et « leurs corps ont été emportés pendant le repli des terroristes conformément à leur habitude en pareille circonstance », avait précisé un communiqué du ministère de la Défense.

Le ministère avait, en outre, indiqué que les troupes sont « en alerte maximale dans toute la région de l’Extrême-Nord et au-delà des frontières afin de prévenir de nouveaux assauts éventuels du groupe terroriste Boko Haram.

Dans le nord du Nigeria, le groupe terroriste de Daech s’y est installé pour continuer de déstabiliser le pays. Le groupe de Boko Haram a visiblement reçu les instructions de s’occuper du Cameroun.

Le Cameroun a pu tenir tête aux séparatistes qui, comme dans la région du Tigré en Éthiopie, comptaient diviser le pays et y instaurer le chaos. C’est maintenant face à un nouvel ennemi, déterminer à relancer les conflits armés dans l’Extrême Nord du pays, que le Cameroun est confronté.

Jusqu’à présent, et avec l’aide de la population, l’armée camerounaise a pu gagner le conflit qui l’opposait aux séparatistes dans les zones anglophones, téléguidés par les États-Unis. Il n’y a donc aucune raison pour que le Cameroun recule face au groupe terroriste de Boko Haram !

 

2. Éthiopie : l'Occident ne veut pas que l'armée fédérale se renforce !

Conflit en Éthiopie : un rassemblement à Addis-Abeba pour enrôler les jeunes dans l’armée

Voilà le nouveau titre d’un article du média français RFI, qui décrit le patriotisme des jeunes qui veulent entrer dans l’armée éthiopienne afin de protéger le pays.

C’est aberrant de voir la tournure ridicule que prennent les guerres médiatiques contre l’Éthiopie qui ne servent qu’à dénigrer la population, son gouvernement et ses initiatives de développement.

Le grand rassemblement patriotique ce mardi 27 juillet 2021 dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba a fait couler beaucoup d’encre. Selon le média RFI, ce rassemblement était une initiative du gouvernement destinée à « enrôler » les jeunes éthiopiens dans l’armée pour aller combattre les rebelles dans la région du Tigré.

La cérémonie avait lieu sur la grande place de Meskel au centre de la capitale. Casquettes et tee-shirt aux couleurs de l'armée éthiopienne, 3.000 jeunes volontaires ont célébré leur départ pour les camps d’entraînement militaires.

La ville d’Addis-Abeba a de son côté mobilisé ses ressources pour aider les soldats, comme nous l’explique Abdi Tsegaye, le porte-parole de la mairie : « Nous envoyons des recrues, nous faisons des dons. Par exemple, la ville investit 10 millions d’euros pour soutenir l’armée. La contribution de notre administration est totale. »

Getachew est l’un de ces fonctionnaires d’Addis-Abeba qui donne un mois de salaire à l’armée. Ce matin, il est également venu donner son sang : « Je suis même prêt à devenir soldat s’il le faut. J’aime mon pays. Je suis patriote. L’armée c’est très important pour défendre un pays. Donc je me tiens prêt à rejoindre notre armée. »

La conscription des jeunes s'est aussi étendue à l’Oromia, la plus grande région éthiopienne.

Le patriotisme des Éthiopiens, et leur solidarité envers leur gouvernement sont évidemment mal perçus par les Occidentaux, surtout dans un contexte ou en Afrique, l’Occident a mis en place de nombreux moyens de déstabilisation des États africains, notamment avec des assassinats ciblés de chefs d’État, une amplification du terrorisme, des lancements de révolution de couleur, des apparitions de conflits interreligieux ou interethnique, etc.

Maintenant, le média RFI a ramené un chercheur qui tente de faire passer le Premier ministre Abiy Ahmed pour un « fou » aux idées délirantes. C’est maintenant devenu la seule issue que les médias mainstream ont trouvé pour instaurer une division.

Mais cela ne fonctionne pas non plus !

Les Éthiopiens sont solidaires à leur gouvernement et à l’armée fédérale. Outre le fait que des jeunes veulent rejoindre les rangs de l’armée pour préserver la paix, la sécurité, mais surtout la souveraineté et l’intégrité de l’Éthiopie, la diaspora éthiopienne à travers le monde apporte aussi sa contribution, notamment financière qui est destinée au grand barrage de la Renaissance.

Les Éthiopiens, où qu’ils soient dans le monde apportent une pierre à l’édifice. C’est ce que les médias mainstream devraient appeler la solidarité, et non « l’enrôlement ».

La diaspora éthiopienne a organisé de nombreux meetings à travers le monde, notamment à Washington, en soutien au gouvernement. Ils ont également dénoncé les actes des rebelles terroristes du TPLF qui tentent de déstabiliser le pays et le plonger dans le chaos.

Comme dit précédemment dans le Zoom Afrique, l’union entre les populations, l’armée nationale, le gouvernement et même les alliances intra-africaines, forment le cocktail explosif par excellence qui fait perdre les moyens de l’Occident néocolonialiste.

 

3. UA/Israël : une légitimation du colonialisme en Afrique ?

L'évènement qui consiste à ce que le régime israélien devienne un observateur au sein de l’Union africaine est porteur de quel message pour les Africains ?

Le régime israélien a obtenu la semaine dernière le statut d'observateur auprès de l'Union africaine.

Israël revient ainsi dans le cénacle de l’UA en tant qu’observateur, après avoir perdu cette place suite au passage de l’OUA (Organisation de l’Unité Africaine) à l’UA (Union Africaine), en 2002. « Pour la

Cependant le président de la Commission de l’UA a réitéré « l’attachement de l’organisation panafricaine à une résolution du conflit israélo-palestinien, ainsi que son soutien à une solution à deux États, jugée « nécessaire pour une coexistence pacifique ».  La commission de l’UA avait du reste déjà condamné les dernières violences meurtrières du régime israélien survenues en mai dernier.

Quoi qu’il en soit, cette incrustation a été accueillie de manière contrastée tant au niveau continental qu’à l’international. Elle est fortement critiquée par l’axe de la Résistance au Moyen-Orient, notamment par le Hamas. Cette décision « choquante et répréhensible » de l’UA, « consolide la légitimité de cet occupant sur notre terre et lui donne plus de possibilités de poursuivre ses plans pour continuer à confisquer les droits du peuple palestinien », indique-t-il dans un communiqué.

Alger a condamné dimanche la décision de l’Union africaine (UA) d'accorder à Israël le statut d'observateur à l'organisation.

"Prise sans le bénéfice de larges consultations préalables avec tous les États membres, cette décision n’a ni la vocation ni la capacité de légitimer des pratiques et comportements dudit nouvel observateur qui sont totalement incompatibles avec les valeurs, principes et objectifs consacrés dans l’Acte Constitutif de l’Union Africaine", a estimé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, sans jamais citer le nom d'Israël.

"La récente décision du président de la Commission de l’Union africaine (UA) d’accueillir un nouvel observateur qui relève de ses prérogatives administratives n’est pas de nature à altérer le soutien constant et actif de l’organisation continentale à la juste cause palestinienne", souligne le communiqué.

"Les modes de fonctionnement de l’Union africaine ne permettent aucune possibilité pour les 87 États observateurs extra-africains d’influencer les positions de l’Organisation continentale, dont la détermination est la compétence exclusive de ses États membres", insiste le ministère algérien qui déplore une "agitation médiatique autour de ce qui relève davantage du non-évènement".

Il est clair que cette incrustation d’Israël en tant qu’observateur au sein de l’Union africaine relève davantage du non-évènement.

Mais il y a un message que l’on peut décrypter et qui vient directement de la part des alliés du régime israélien, à savoir la légitimité de la colonisation.

Actuellement, et avec des méthodes totalement contraires aux lois internationales, Tel-Aviv continue son processus d’extension de ses colonies en expulsant les Palestiniens de leur terre. Les différentes méthodes de colonisation du régime israélien montrent directement que le colon est en pleine action de coloniser les terres et sous le regard de la Communauté internationale.

Étant donné que l’Afrique a également été un continent colonisé, et que la population africaine paye encore le lourd tribut de la période coloniale, mais aussi, que le continent se trouve toujours sous le joug des colons occidentaux, le message est on ne peut plus clair : l’Occident tient encore sa place de colon, et en amenant un régime colonisateur israélien de manière officielle au sein de l’Union africaine, le message que l’Occident tente de faire passer subtilement aux Africains, c’est que la colonisation est encore permise malgré ce que tout le monde croit.

D’autant plus, qu’avec l’affaire du logiciel d’espionnage israélien « Pegasus » qui touche particulièrement le continent africain, une arrivée d’Israël au sein de l’Union africaine ne présage vraiment rien de bon !

Quoi qu’il en soit, le message est fort, justement dans un contexte ou dans les quatre coins du continent, les Africains montrent leur volonté de fer de mettre un terme au néocolonialisme, en voulant mettre dehors les troupes militaires d’occupation occidentale, mettre un terme au terrorisme importer également par ces mêmes États occidentaux, et mettre fin aux accords coloniaux qui les empêchent de vivre leur vie et que leur pays se développe comme il se doit.

Toutes ces mises en scène mises en place par l’Occident afin de garder l’Afrique entre ses mains ne servent plus à rien. Les Africains sont conscients du danger que représente l’Occident néocolonial, et il ne tombera pas dans ces pièges grotesques !

 

Mots clés