Aug 13, 2021 18:52 UTC
  • Alliance sino-russe: le maillon manquant ?

Le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale iranien, Ali Chamkhani, a récemment annoncé dans un tweet que les obstacles politiques à l'adhésion de l'Iran à l’Accord de Shanghai avaient été levés. Chamkhani a écrit mercredi sur son compte Twitter :

« Lors d'une conversation avec M. Patrushev, secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, nous avons examiné les développements en Afghanistan, en Syrie et dans le golfe Persique. »

« Heureusement, les obstacles politiques à l'adhésion de l'Iran à l’Accord de Shanghai ont été levés et l'adhésion de l'Iran sera finalisée », a-t-il ajouté.

Apparemment, l'accord stratégique entre l'Iran et la Chine (connu sous le nom d’accord de 25 ans) mentionne deux points importants qui sont censés élargir les liens entre l'Iran et la Chine : d'abord, la réintégration de l'Iran au nouveau projet de route de la soie, et deuxièmement, l'adhésion de l'Iran à l'Accord de Shanghai.

Selon des informations divulguées, apparues également sur certains médias internationales, l'Iran a exigé qu'il soit à nouveau inclus dans le plan de la « Nouvelle route de la soie ». On peut supposer que la réponse chinoise sera probablement positive, car la traversée du territoire iranien est plus facile que les alternatives (telles que la traversée de la mer Caspienne). Mais quelle sera la réponse chinoise en ce qui concerne l'Accord de Shanghai ?

L'OCS est une association d'alliance politique, économique et sécuritaire eurasienne fondée en 2001 à Shanghai.

Ayant obtenu le statut d'observateur en 2005, l'Iran a officiellement demandé son adhésion à deux reprises, respectivement en 2008 et 2009, mais cette réclamation n’a pas encore abouti en raison des sanctions de l'ONU.

Le traité de Shanghai ne peut encore être considéré comme un pacte militaire et de défense, mais c'est l'option la plus proche d'un pacte militaire contre l'OTAN, ce qui signifie que l'Orient pourrait bientôt s'élever contre l’occident. Ainsi, l'Iran peut devenir membre d’une alliance qui pourrait représenter un grand changement sur la scène géopolitique mondiale.

L'Accord de Shanghai remplace en effet le Pacte de Varsovie dans l'ex-Union soviétique, et bien qu'il soit actuellement un accord économico-culturel, il a le potentiel de devenir un traité multilatéral contre l'OTAN. La Chine et la Russie, quant à elles, sont les principaux administrateurs du traité.

La question de l'adhésion de l'Iran à  l'Accord de Shanghai comporte cependant des aspects très importants : le premier étant l'Iran est sur le point de conclure deux accords stratégiques avec la Chine et la Russie.

Avec la signature de l’accord stratégique entre l'Iran et la Chine (l’accord de 25 ans), les deux pays seront fortement rapprochés l'un de l'autre. De même, comme on entend dans cercles diplomatiques, la Chine aurait demandé à l'Iran de l’aider pour régler ses problèmes régionaux avec l'Arabie saoudite et les autres pays du golfe Persique.

La récente visite du ministre qatari des Affaires étrangères en Iran, les murmures sur la réconciliation entre l'Iran et l'Arabie saoudite, l’arrivée de deux navires de guerre iraniens nommés Sahand et Makran dans le rivage de la ville de Saint-Pétersbourg pour participer à la célébration du 325e anniversaire de la fondation de la marine russe et le défilé des deux navires devant Vladimir Poutine peuvent être considérés comme d'autres pièces du puzzle dans la composition d’une coalition orientale contre l’Occident.

Sur fond de la conclusion d’un accord stratégique similaire entre Téhéran et Moscou, l'Iran cherche désormais nouveaux partenaires à l’Est, ce dernier s’attend réciproquement à ce que l’Iran préserve ses distances avec l’axe occidental.

 

Mots clés