Sep 19, 2021 15:30 UTC
  • USA: le CGRI frappera Erbil?

Cette vraie-fausse annonce que la presse saoudienne vient de faire comme quoi les Etats-Unis seraient sur le point de réduire le nombre de leurs troupes à la fois à Ain al -Asad et à Harir,

 alors même que des sources syriennes font aujourd'hui état de l'arrivée de 60 terroristes daechistes de Qamechli à Hassaka, qui une fois vaccinés auraient quitté  l'est syrien pour al-Tanf ne saurait prendre sens sans qu'il soit mis aux côtés de ces rapides agitations dans le Kurdistan irakien. Que se passe-t-il au juste? Depuis le 11 septembre date à laquelle la Résistance irakienne a pris pour cible "assassine" de ses nuées de drones et de roquettes le QG du Mossad, enfoui quelque part au fin fond de la base US à Erbil, il est devenu clair que l"Irak sera "perdu" à moins d'une méga opération de déstabilisation contre l'Iran car la Résistance irakienne, l'axe US/Israël est complètement incapable de lui faire face.

Erbil et Ain al-Asad (illustration)

Juste après l'attaque contre le Mossad qui aurait littéralement pulvérisé les positions des séparatistes du PEJAC, leur QG et leurs stocks d'armes, on a vu le consule britannique, puis ceux des Emirats et de l'Arabie saoudite se succéder au palais de Barzani, échanger avec lui leurs points de vue suivant ce qui pourrait être une réponse à la Résistance.  Dès le 10 septembre l'Iran avait pris sous le feu ultra précis d'abord de ses drones, puis de ses artilleries de courte portée, Choman, cette localité situé tout près des frontières iraniennes où le Mossad tente tant bien que mal, à l'aide de l'argent saoudo-emiratri de se refaire une santé et de retenter des opérations de déstabilisation contre les frontières iraniennes, croyant sans doute que ce qu se passe à l'est de l'Iran en Afghanistan saurait distraire les Iraniens. Or, le cou reçu a été si lourd que le camp d'en face s'en trouve poussé à jouer quitte ou double.

Frappe aux drones et aux missiles conjuguées du CGRI contre une base terroristes au nord est de l'Irak non loin de la base US de Harir

Les terroristes pro Israël du PEJAK qui agissent évidemment en supplétif US/Israël continueraient leurs agissements.  Ce qui a valu une nouvelle mise en garde du chef d'état-major des forces armées qui a averti contre les agissements des mercenaires des États-Unis et d’Israël en Irak. Ce qui veut dire que d'ici les heures à venir, il se pourrait y avoir de nouvelles frappes et pas des moindres.... Les USA craignent-ils un dérapage des attaques anti-Israël, anti Mossad de l'Iran contre le nord irakien au point de vouloir s'en retirer? Possible. A-t-il redéployé ses troupes dans le nord de la Jordanie en prévision d'un tel scénario? l'hypothèse mérite d'être examiné. Toujours est-il que le chef d'état-major des forces armées de la RII, le général Mohammad Hossein Bagheri, a déclaré que l'Irak et la région nord de ce pays ne devraient pas permettre aux mercenaires américains et israéliens ainsi qu’aux terroristes armés  d'avoir des casernes d'entraînement, des stations de radio et de télévision et camps dans ce pays. « Les forces armées, sous la responsabilité du CGRI, détruiront les bases de ces groupes terroristes », a-t-il ajouté. Signe que la réorganisation est à l'oeuvre et que le niveau des agissements anti Iran est assez grave pour qu'une action militaire soit nécessaire. Mais le chef d'état-major des forces armées iraniennes est allé encore plus loin : 

"l'un des foyers du complot contre l'Iran se trouve à Harir, la base US à Erbil. cette base devra être démantelée. L'Iran ne tolérera pas qu'un camp d'entrainement de terroristes se tienne à sa porte, qu'il accueille des réunions intermittente avec comme l'ordre du jour, le fait d'atteindre notre sécurité nationale, a dit le général. Ce que l'Iran a commencé le 10 septembre ( opération contre le PEJAC) c'est le début d'une méga offensive. Que les terroristes le sachent, ceux qui lance de temps à autre des opérations d'infiltration contre nos gardes frontières, ils jouent avec le feu. L'action militaire iranienne a toutes les chances de s'inscrire dans la durée de façon à extirper tout foyer de sédition et ceci est le droit du peuple iranien. Et on n'accepte aucun prétexte ni d'Erbil ni de Bagdad. Cela fait des années que l'Iran entend ce discours qui dit qu'on est incapable de contrer les terroristes." La base américaine de Harir va-t-il elle être ciblée par le CGRI? 

Mots clés