Nov 20, 2021 19:49 UTC
  • De nouveaux navires rejoignent la marine du CGRI

Le commandant de la marine du CGRI a fait état de l'annexion des navires « Shahid Soleimani » et « Shahid Nazeri » ainsi qu’un nouveau navire équipé de missiles de défense, à la marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique.

Selon l’agence de presse iranienne Tasnim, le contre-amiral Alireza Tangsiri, commandant de la marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique, a déclaré ce samedi soir : « Les jeunes doivent connaître l'importance du golfe Persique et savoir que notre pays est d'une grande importance géographique, et cette importance nous a permis de gifler les Américains à six reprises en un an et demi de conflit avec les Américains, dont beaucoup n'ont pas encore été médiatisés. » Il a souligné que l'Iran a le plus grand littoral au sud du pays dans le golfe Persique et la mer d'Oman.

« Nul ne peut changer le nom du golfe Persique ; car cette zone porte le même titre depuis toujours. Dès l'entrée dans le golfe Persique, on perçoit la première île Lark, viennent ensuite les trois îles stratégiques Bou Moussa, grande et petite Tomb à mesure que nous avançons dans les profondeurs du golfe Persique; ainsi, tout navire, dès son entrée dans le golfe Persique, doit passer devant ces îles iraniennes. Bien sûr, aucun des navires étrangers ne traverse la zone ; car dès qu'ils entrent dans le golfe Persique, ils traversent les voies navigables internationales et n'entrent pas dans nos eaux territoriales », a souligné le contre-amiral Tangsiri.

Le commandant de la marine du CGRI a poursuivi : « Au cours des huit années de défense sacrée, lorsque l'Irak a été vaincu par l'Iran, les Américains sont entrés en conflit direct avec l'Iran dans le golfe Persique en 1987 afin de soutenir l'armée de Saddam. Pendant la guerre Iran-Irak, les avions irakiens étaient en contact avec l'USS Stark et vérifiaient, grâce au navire de l’US Navy, si l'espace était « clair », ou s'il y avait un navire iranien dans la région ou non ; pourtant, un avion irakien a ciblé par erreur le navire US, tuant 11 membres de son équipage. »

Selon M. Tangsiri, lors de la défense sacrée, la marine du CGRI utilisait les anciens missiles chinois HY-2, et c’est avec ces missiles, également en possession des Irakiens, que l’Iran a porté sa première gifle au pétrolier américain « Sungari ». Ensuite, nous avons attaqué les navires « Bridgeton » et « Samuel » et abattu un hélicoptère près de l'île de Bou Moussa. Nous avons également capturé quatre Marines américains avec 2 membres d'équipage koweïtiens. Et, la saisie du pétrolier ce mois-ci a été un autre coup porté aux États-Unis par l'Iran, et dans le cas du pétrolier, les Américains, malgré toutes leurs tentatives, ont échoué.

concernant la saisie du pétrolier vietnamien, le commandant de la marine du CGRI a déclaré : « Ce pétrolier transportait du pétrole iranien, mais avec le soutien des Américains, il a refusé de le livrer à l’Iran. Bien sûr, c'était le deuxième navire que nous avons saisi et le précédent n’a pas été médiatisé. Pour cette opération, le premier groupe de troupes a débarqué sur le pont du pétrolier par hélicoptère, et le deuxième groupe a débarqué par des vedettes. Mais dès que le navire est retourné vers les eaux territoriales de l’Iran, deux destroyers américains se sont rapidement approchés du pétrolier afin d’empêcher son transfert vers les eaux de notre pays. À ce stade, nous avions six bateaux avec les navires « Shahid Nazeri » et « Siavashi » ; dans cette situation, les Américains ont fait voler un hélicoptère sur le navire, mais en raison de l'avertissement qui lui a été donné, il a été contraint de faire demi-tour et, par crainte de ne pas être touché par nos missiles, il éjecta des leurres. Bien sûr, nous avions aussi des missiles et des drones armés et de reconnaissance dans la zone, mais puisque nous voulions les écraser, nous n'avons envoyé que des bateaux d'artillerie contre des destroyers américains. »

« Les Américains n'entreront pas dans les eaux sous notre contrôle de peur de rencontrer des combattants de la marine du CGRI », a-t-il déclaré. « Nous sommes en mesure de produire des missiles d'une portée de 10 à 2 000 kilomètres et nous n’avons peur d'aucun ennemi », a-t-il précisé.

Le commandant de la marine du CGRI a annoncé que trois nouveaux navires seront ajoutés à cette force cette année avant de préciser : « Les navires « Shahid Nazeri » d'une longueur de 55 mètres et « Qassem Soleimani » d'une longueur de 65 mètres sont en cours de construction par le ministère de la Défense et le CGRI et un autre navire est en cours de construction par une société qui possède des missiles sol-air d'une portée de 300 km, capables d'emporter des hélicoptères et ont une vitesse équivalente à 35 nœuds. »

 

Mots clés