Nov 24, 2021 13:42 UTC

La proposition officieuse de l’envoyé spécial des États-Unis pour l’Iran sur la conclusion d’un accord temporaire avec Téhéran ressemble à un piège diplomatique.

Robert Malley, conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, a proposé, lors d’une rencontre avec son homologue israélien, la signature d’un accord d’une durée limitée avec l’Iran en vue de gagner un peu de temps, a-t-on appris du site web américain Axios.

Axios précise que Washington pourrait proposer à l’Iran le déblocage d’une partie de ses fonds en échange du gel de l’enrichissement d’uranium à 60 %.

Il est à rappeler que c’étaient les Américains qui se sont retirés unilatéralement de l’accord nucléaire sans que ce grand sens d’irresponsabilité leur coûte vraiment cher.  

Face au laxisme de la partie occidentale vis-à-vis de ses engagements pris dans le cadre de l’accord nucléaire, l’Iran, le seul qui n’avait pas manqué à ses responsabilités, s’est finalement décidé à développer ses capacités nucléaires.

Le développement de l’industrie nucléaire et l’enrichissement à 60 % de l’uranium ont fait comprendre aux Américains que le savoir-faire nucléaire de l’Iran pouvait rapidement être récupéré et qu’il ne se laissait pas anéantir par les promesses de monts et merveilles.

La croissance des capacités nucléaires de l’Iran a poussé l’Occident à choisir le dialogue pour discuter de la levée des sanctions et de la restriction des activités nucléaires iraniennes. En effet, les États-Unis entendent revenir à la table du dialogue avec les Iraniens sans subir les conséquences de leurs actes irresponsables. Pire encore, les Américains subordonnent le respect de leurs engagements antérieurs au résultat des prochaines négociations.

Quant à l’Iran, il a déjà rempli sa part de contrat sans recevoir rien en échange. Il est donc normal que Téhéran ne puisse plus facilement faire confiance à ce que disent les pays occidentaux.

Xavier Dupret, économiste et analyste politique, et Pierre Dortiguier, politologue, s’expriment sur le sujet.

 

Mots clés