Dec 09, 2021 07:19 UTC
  • Iran : Pourquoi MBZ a reculé

Effectué lundi 6 décembre, la visite en Iran du conseiller à la sécurité nationale des Émirats arabes unis, Tahnoun bin Zayed Al Nahyan, a signalé un changement dans les relations entre les deux pays alors que les Émiratis cherchent à désamorcer les tensions avec Téhéran. A cet égard dans une interview avec un média américain, un responsable émirati a cité trois raisons pour changer la politique visant à stabiliser les relations avec l'Iran, la Turquie et le Qatar.

L'implication des Émirats arabes unis dans les conflits au Yémen et en Libye causant des dommages financiers, diplomatiques au pays, la méfiance des Émirats arabes unis dont l’économie a été durement touchée par l'épidémie de coronavirus à l'égard au rôle des États-Unis dans la région compte parmi des raisons qui ont poussé les autorités émiraties à approfondir et réviser les relations avec les pays de la région dont l’Iran. 

Il convient de noter que le manque de confiance des Émirats arabes unis dans le soutien américain au pays s'est intensifié après que l'ancien président américain Donald Trump a refusé de répondre aux attaques de 2019 contre les installations pétrolières et les navires saoudiens à proximité des ports émiratis.

La source émiratie a déclaré qu'il n'y avait aucune attente d'une réconciliation complète avec l'Iran, la Turquie ou le Qatar, mais que les Émirats arabes unis poursuivraient leur nouvelle politique consistant à parler à toutes les parties dans la région pour rendre leurs relations politiques plus fonctionnelles et moins conflictuelles. 

Le conseiller émirati à la sécurité nationale a rencontré lundi 6 décembre son homologue iranien, Ali Shamkhani, et le président Ebrahim Raisi. 

« Le développement des relations bilatérales émiraties iraniennes est à notre ordre du jour et nous espérons qu'un nouveau chapitre dans les relations entre les deux pays s'ouvrira avec la visite de président iranien Ebrahim Raïssi aux Émirats arabes unis », a-t-il déclaré. 

Au cours de la réunion, le conseiller à la sécurité nationale des Émirats arabes unis a informé le président de l'invitation officielle du président des Émirats arabes unis à se rendre dans le pays. 

La visite de Cheikh Tahnoun à Téhéran est intervenue plusieurs semaines après un appel téléphonique entre le ministre des Affaires étrangères émirati et son homologue iranien. 

Faisant allusion au vaste potentiel économique des deux pays dans les domaines du transit, de l'énergie, des transports, de la santé et de l'investissement, Cheikh Tahnoon bin Zayed a souligné la nécessité d'identifier et d'éliminer les obstacles à venir dans les domaines de coopération conjointe dans divers domaines économiques. 

La création d’un nouveau corridor de transit régional entre la Turquie, les Émirats arabes unis et l'Iran a été finalisée au début du mois. Ce projet de transit vise à livrer des marchandises depuis les Émirats arabes unis vers la Turquie et ensuite l'Europe via l'Iran.

Auparavant, les Émirats arabes unis devraient utiliser la voie de navigation du détroit de Bab al-Mandeb/canal de Suez/mer Rouge pour transporter leurs expéditions commerciales vers le port turc de Marsin, ce qui prenait en moyenne 20 jours. 

Les Émirats arabes unis sont membres de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite qui a lancé depuis avril 2015 une offensive militaire au Yémen avec de lourdes attaques aériennes, terrestres et maritimes dans le but de ramener au pouvoir Mansour Hadi, le président démissionnaire en fuite du Yémen. Des dizaines de milliers de civils yéménites ont été tués et blessés depuis le début des attaques. 

L'agression arabo-saoudienne s'est soldée par la destruction des infrastructures du Yémen ainsi que la propagation de la pauvreté, du chômage et des maladies infectieuses dans ce pays. 

Les experts de l’ONU parlent de la crise yéménite comme de la pire crise humanitaire au monde. 22 millions de personnes, soit 75 % de la population, ont besoin d’une aide humanitaire. Parmi eux, 8,4 millions ne savent pas d'où viendra leur prochain repas. 

 

 

 

Mots clés