Jan 18, 2022 19:59 UTC
  • La 79e flotte en mer Rouge

La flotte 79 de la Force navale iranienne composée du porte-hélicoptères Makran et le destroyer Bayandor est en mer Rouge.

Le contre-amiral Hamzeh Ali Kaviyani, commandant adjoint de la Force navale de l’armée iranienne a affirmé que la flotte 79 composée du porte-hélicoptères Makran et le destroyer Bayandor se trouvait, de manière suivie, dans les eaux internationales pour assurer la sécurité des lignes de communication de la République islamique d’Iran dans le cadre des intérêts du pays.

« La mission de la flotte navale 79 est d’escorter les pétroliers iraniens en route en mer Rouge ; la mission navale se poursuit et la Force navale est fière d’avoir un rôle influent et stratégique et pouvoir assurer les intérêts du pays dans les eaux », a souligné le contre-amiral Kaviyani, rappelant : « Grâce à Dieu et à la présence de la Force navale de l’armée et du CGRI (Corps des gardiens de la Révolution islamique), la pleine sécurité a été rétablie et assurée le long des frontières maritimes, du détroit d’Hormuz, des côtes de Makran, dans le nord de l’océan Indien et la mer Rouge. La Force navale défend partout, où la nécessité l’exige, les intérêts du peuple et du pays. »

« Tous les exercices et les manœuvres conjoints et d’expertise qui figurent à l’agenda des forces armées iraniennes, s’exécutent de manière programmée et avec sérieux, faisant recours à toutes les capacités de ces forces », a aussi fait savoir le commandant adjoint de la Force navale de l’armée iranienne.

Le départ de la flotte 79 pour la mer Rouge intervient dans un contexte marqué par la présence de plus en plus étendue de l’Iran dans les eaux de la région et surtout la volonté iranienne de renforcer ses capacités navales. Les forces terrestre, aérienne et navale de l’armée iranienne ont organisé en novembre 2021 l’exercice militaire Zolfaqar-1400 dans une zone couvrant une superficie de plus de 1 million de km² à l’est du détroit d’Hormuz. L’aéroglisseur Tondar aussi a participé à une partie des manœuvres tenues sur les rives de Makran en mer d’Oman.

Le Tondar est le premier aéroglisseur conçu et fabriqué par l’industrie de la Défense iranienne. Il est long de 76,14 m, large de 6,6 m et haut de 57,4 m, et capable de déplacer environ 11 tonnes. Tondar a une portée d’opération de 270 km avec une vitesse de 95 km/h et peut déplacer 30 personnes.

Outre sa capacité de déplacer des militaires, l’aéroglisseur Tondar peut aussi tirer des roquettes et d’accomplir des missions de reconnaissance, par des drones de reconnaissance. Ces caractéristiques s’ajoutent aux capacités en drone de l’Iran pour l’aider à rehausser sa puissance de dissuasion.

En plus, les forces commandos maritimes peuvent être transférées plus rapidement à la zone d’opération à bord de cet aéroglisseur par rapport aux autres bâtiments navals, d’autant plus que le Tondar est furtif, privilège qui le fait très efficace pour ces forces commandos.

Par ailleurs, l’aéroglisseur Tondar est équipé de lance-roquette, de lance-missile (de croisière antinavire) et de radar de recherche de surface.

L’aéroglisseur Tondar peut aussi déplacer facilement sur la mer, sur les côtes et dans les zones marécageuses, mener une attaque rapide contre les rives, évacuer du personnel et du matériel (équipement) et effectuer des opérations de reconnaissance et de patrouille dans les eaux peu profondes et difficiles d’accès (infranchissables). L’aéroglisseur Tondar peut être aussi utilisé dans les opérations de patrouilles sur les plages, des opérations de reconnaissance offensive et de défense intermédiaires amphibies, opérations de défense asymétrique, missions de transport de personnel et d’équipements logistiques pour les îles et les côtes, et les opérations de sauvetage.

L’aéroglisseur Tondar a été dévoilé le 12 novembre 2012 par l’ancien ministre de la Défense, le général Ahmad Vahidi, et a rejoint la Force navale de l’armée, le 28 novembre de la même année.

 

Mots clés