Jan 22, 2022 19:43 UTC

Un exercice naval hybride trilatéral, baptisé "Ceinture de sécurité maritime 2022", a débuté vendredi dans le nord de l'océan Indien avec la participation d'unités militaires iraniennes, chinoises et russes. Au cours de cet exercice, des navires de guerre iraniens, russes et chinois ont tiré avec succès sur des cibles navales.

 Les unités navales iraniennes, chinoises et russes, qui s'étaient déplacées vers le site de la mission dans le nord de l'océan Indien, ont mené à bien leur mission, a déclaré le contre-amiral Mostafa Tajeddine, porte-parole iranien de l'exercice naval hybride.
« À ce stade de l'exercice militaire, les unités navales participantes sino-russo-iraniennes, sous le commandement du destroyer iranien "Jamaran", ont tiré sur des cibles de surface prédéterminées en mer, à l'aide d'armes de calibre 20 mm », a-t-il ajouté.

« A l'étape suivante de l'exercice "PHOTOEX", la disposition offensive des unités participant à l'exercice a été réalisée en fonction des menaces dans la région », a poursuivi le contre-amiral.

Soulignant que la présence de la République islamique d'Iran dans les eaux internationales indique une position et un statut élevés du pays sur la scène internationale, Tajeddini a déclaré que le rétablissement de la sécurité régionale et internationale est très important pour l'Iran et que pour cette raison même, la marine du pays ne permettra jamais la concrétisation d’une quelconque menace dans le secteur maritime.

L'Iran, la Chine et la Russie sont-ils sur le point de créer une alliance navale propre à contrer les tentatives US/OTAN/Israël à insécuriser les voies navigables de la région ? Après tout, le gros de la piraterie de mer ou d'attaques antinavires marchandes est commis dans le golfe d'Aden, entre le golfe Persique, l'océan Indien et la mer Rouge. Et on sait que ces attaques préméditées font partie d'une stratégie US/Israël qui vise à imposer une forme de sanction navale de facto à la fois à l'Iran et à la Résistance, à la Chine, mais aussi à la Russie.

En effet, aussi bien la Chine que la Russie sont en pleines frictions navales avec le clan US à la fois en mer de Chine, en Méditerranée orientale et en mer Noir.

A rappeler que l'Iran vient de finaliser un pacte stratégique de 25 ans avec la Chine et le président Raïssi vient d’effectuer une visite officielle de deux jours en Russie pour sceller les liens stratégiques. 

Fabrice Beaur, expert pour l'ONG EODE et Philipe Hugon, analyste politique s'expriment sur le sujet.

 
 

 

Mots clés