Sep 25, 2022 21:51 UTC

Des foules immenses de personnes sont descendues dimanche 25 septembre dans les rues de la capitale iranienne Téhéran pour dénoncer les actes de vandalisme et de profanation des saintetés islamiques par des émeutiers au cours de la semaine dernière à la suite de la mort d’une jeune Iranienne après avoir été emmenée dans un poste de police.

Les manifestants portaient des pancartes et scandaient des slogans pour condamner fermement les actes pervers commis par une poignée de mercenaires au service d’ennemis étrangers, qui ont mis le feu au Saint Coran, aux mosquées et aux drapeaux nationaux et ont enlevé de force les foulards des femmes dans les rues.

Les manifestants à Téhéran portaient des drapeaux nationaux et des pancartes, scandant des slogans contre les émeutiers soutenus par l’étranger, les États-Unis et Israël, ainsi que le groupe terroriste anti-iranien Mujahedin-e-Khalq Organization (MKO).

Ils ont également annoncé leur soutien indéfectible aux forces de police et les mesures qu’ils ont prises pour rétablir le calme dans tout le pays après des jours de violentes émeutes. Ils ont offert des fleurs aux policiers le long du chemin de la manifestation.

Le porte-parole du gouvernement iranien, Ali Bahadori Jahromi, faisait partie des responsables présents aux rassemblements à Téhéran.

Les manifestants ont également organisé un cortège funèbre pour un membre de la force Basij qui a été tué en martyr par des émeutiers à Téhéran alors qu’il tentait de rétablir la sécurité dans la capitale.

À la fin de la manifestation, les participants ont publié une déclaration appelant tous les responsables concernés à prendre les mesures nécessaires pour identifier et punir les émeutiers qui ont insulté le caractère sacré des personnes et endommagé les biens publics.

Ils ont également demandé la punition de tous ceux qui ont diffusé de fausses informations et rumeurs sur diverses plateformes de médias sociaux dans le but d’alimenter le feu des émeutes.

La manifestation massive à Téhéran est intervenue plus tôt dans la journée, des millions d’Iraniens sont descendus dans les rues à travers le pays pour condamner les actes de vandalisme et de profanation des saintetés islamiques par des émeutiers au cours des derniers jours après que de violentes manifestations de rue ont éclaté dans plusieurs villes iraniennes suite à la mort d’une jeune femme, décédée à l’hôpital quelques jours après s’être effondrée dans un poste de police de la capitale Téhéran.

Les gens sont descendus dans les rues de nombreuses villes et villages, y compris la ville sainte de Mashhad, la ville du nord-ouest de Qazvin, la ville centrale d’Ispahan ainsi que les villes occidentales de Hamedan et Yasuj, pour montrer leur unité et leur indignation face aux récents actes de sabotage perpétré par des émeutiers.

Malgré les éclaircissements des responsables iraniens sur les circonstances entourant le décès de Mahsa Amini, de violentes manifestations de rue ont conduit à des attaques contre des agents de sécurité et à des actes de vandalisme contre des biens publics et des lieux sacrés.

Le président iranien a déclaré samedi que ceux qui ont perturbé la sécurité et la paix du pays seront traités « de manière décisive ».

S’exprimant vendredi, le ministre iranien de l’Intérieur, Ahmad Vahidi, a déclaré que les émeutes qui ont suivi la mort de Mahsa Amini n’avaient rien à voir avec l’événement tragique, affirmant que la question était exploitée par des agitateurs pour semer le chaos dans le pays.

La semaine dernière, la police iranienne a diffusé des images de vidéosurveillance, qui montrent Amini en train de s’effondrer au poste de police. La vidéo a rejeté les allégations selon lesquelles elle aurait été battue, niant tout contact physique avec elle.

Massoud Shirvani, un neurochirurgien, a déclaré à la chaîne de télévision IRIB TV2 le 20 septembre que la femme décédée s’était fait enlever une tumeur au cerveau à l’âge de 8 ans.

« Mahsa Amini a été traitée avec des médicaments après l’opération sous la supervision d’un endocrinologue », a déclaré le médecin.

En Images: des foules immenses organisent des rassemblements à Téhéran pour dénoncer les émeutes

 

Mots clés