Oct 01, 2022 22:13 UTC
  • Vendredi noir: l'Iran se vengera

Le commandant en chef du Corps des gardiens de la Révolution islamique, le général de division Hossein Salami, a exprimé, le 1er octobre, ses condoléances concernant le martyre des gardes de sécurité à Zahedan, la capitale de la province de Sistan-et-Baloutchistan (sud-est de l’Iran) qui a connu un certain nombre d'attaques menées par des groupes terroristes, principalement basés au Pakistan voisin.

« Nous nous vengerons des martyrs du CGRI et du Basij et des victimes de cette attaque terroriste à Zahedan. Nous assurons les habitants patients de cette ville que la lutte contre les terroristes mercenaires à la solde des services de sécurité étrangers se poursuit jusqu'à la dernière goutte de nos sangs » a-t-il averti.

Le général de division Salami a déclaré que ces nobles martyrs ont sacrifié leur vie à assurer la sécurité et la paix du pays islamique, en particulier de la province du Sistan-et-Baloutchistan.

Saluant la vigilance du peuple, le commandant en chef du CGRI a apprécié la coopération de tous les habitants de Zahedan avec les forces de sécurité après le récent événement amer et malheureux provoqué par les terroristes stipendiés par les États-Unis et le régime sioniste, à titre d’exemple les séparatistes et les résidus partisans d'Abdul Malik Rigi.

Il a déclaré que les vrais responsables des gardes-frontières de l'Iran islamique dans la région stratégique au sud-est du pays sont les habitants de la province de Sistan-et-Balotchistan soutenus par les forces de sécurité capables d’infliger des coups mortels aux terroristes bourreaux.

Plus loin dans ses propos, le général de division Salami a souligné que de cette province du Sud iranien et de son peuple est la ligne rouge du CGRI et du Basij qui sont unis avec les forces de sécurité et de renseignement de l’Iran. Ces derniers répondront à toute menace avec détermination.

L’attaque terroriste du vendredi 30 septembre contre un poste de police dans la ville de Zahedan, dans le sud-est de l'Iran, a fait au moins 19 morts et 20 blessés.

Le gouverneur de la province de Sistan-et-Balotchistan a confirmé que les forces de sécurité faisaient partie des victimes. Parmi les martyrs figurent deux hauts commandants du Corps des gardiens de la Révolution islamique, dont le colonel Seyyed Ali Mousavi, l'officier du renseignement du CGRI de la province de Sistan-et-Baloutchistan.

Le CGRI a pointé du doigt un groupuscule terroriste qui se nomme Jaish ul-Adl et le tient pour responsable de cette agression armée dans la ville de Zahedan. Il a annoncé avoir vu un grand nombre de terroristes tenter de s'introduire dans un poste de police peu après la prière collective du vendredi, mais les agents ont repoussé les assaillants. Des hommes armés ont également attaqué deux autres postes de police et quelques autres lieux publics.

« Des fauteurs de troubles avaient l'intention d'inciter les gens, à détruire des biens publics et à tuer des personnes ainsi que des policiers », déplore le gouverneur de la province de Sistan-et-Baloutchistan.

« Grâce à la vigilance des forces policières et militaires ainsi que de la population, les plans de ces personnes pour créer l'insécurité et saper le calme de la société ont échoué et la ville est sous contrôle policier», a encore déclaré le gouverneur de Zahedan.

 

Mots clés