Mar 03, 2017 07:54 UTC

Un chercheur en politique étrangère à la Brookings Institution, Michael O’Hanlon, a qualifié de « démonstration de force audacieuse » les récentes manœuvres maritimes organisées par l’Iran, a rapporté Fars News.

« Le récent tir d’essai de missile effectué par l’Iran témoigne d’un geste audacieux à l’égard du président américain, Donald Trump, de la part d’un État qui estime que le droit international lui permet de le faire », a écrit Michael O’Hanlon sur le site internet VOA News. 

« L’une des interprétations de ce tir de missiles suggère que l’Iran a l’intention de contraindre Trump à accepter que l’accord nucléaire n’interdit pas les tirs d’essai de missiles et que le monde doit s’y habituer », a-t-il ajouté.

« Les missiles Dehlaviyeh sont un trésor pour l’armée iranienne », a-t-il poursuivi.

« La transformation des missiles antichars en missiles antinavires s’est révélée efficace », a-t-il précisé.

« À mon avis, ces exercices militaires font partie des efforts déployés par l’Iran pour améliorer la performance de ses missiles et ce pays dispose au sein de ses forces armées de personnes chargées de rénover la capacité balistique de leur pays, qui le font sans faire attention à Washington », a-t-il indiqué.

« Les médias iraniens ont fait part du tir de missile Dehlaviyeh. Ce missile intelligent est guidé au laser et peut atteindre des cibles en mer », a précisé le site VOA News.

Selon ce rapport, les missiles téléguidés sont équipés de senseurs pour détecter les cibles.

Joseph Dempsey, associé de recherche à l’Institut international d’études stratégiques (IISS), a pour sa part prétendu que le missile Dehlaviyeh était une copie du missile antichar russe Kornet et qu’il n’avait pas les caractéristiques des missiles antinavires.

Mots clés