Mar 03, 2019 16:48 UTC
  • La marine se dote d’armes anti-laser

L’Iran a produit une arme anti-laser ayant la capacité de contrer les armes laser des Américains.

Le contre-amiral Alireza Tangsiri, commandant de la marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique, a déclaré, le dimanche 3 mars dans un entretien exclusif avec l’agence de presse iranienne Tasnim, que l’Iran avait déjà pris les mesures nécessaires pour produire des armes anti-laser afin de contrer les armes laser des États-Unis. « Nous avons travaillé sur cela et il existe des armes destinées à les contrer. Nous avons aussi travaillé sur les armes anti-drones », a-t-il réaffirmé.

Concernant les sous-marins dont entend disposer le Corps des gardiens de la Révolution islamique, le contre-amiral Tangsiri a expliqué : « Le sous-marin que nous désirons avoir est un sous-marin de poche qui est en même temps plus moderne que le sous-marin de classe Ghadir. Ce que nous cherchons ressemble aux sous-marins Fateh ou Golfe Persique. Ce dernier est en cours de construction par le ministère de la Défense. Nous entendons également que des sous-marins Fateh et Golfe Persique intègrent notre flotte ».

Le commandant de la Marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique a déclaré que les sous-marins de cette force devraient être équipés de torpilles et de missiles de croisière subsurfaces. « La force navale du Corps des gardiens de la Révolution islamique a été la première à exploiter les missiles de croisière de type Nasr », a-t-il ajouté.

Interrogé sur un missile subsurface que le Corps des gardiens de la Révolution islamique a dévoilé, il y a quelques années, lors de l’un de ses exercices militaires, le contre-amiral Tangsiri a répondu : « Nous envisageons de placer ce missile sur les sous-marins que nous utilisons, mais je ne peux pas révéler plus de détails pour le moment. »

Le contre-amiral Tangsiri a précisé que la marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique avait été fondée, au début, sur trois piliers : des commandos, des flottes et des missiles. « Mais deux autres piliers y ont été ajoutés après les années de la Défense sacrée : des drones et une aviation marine. Nous allons également profiter d’un autre pilier qui concernera le domaine subsurface. » 

« Nous souhaitons fonder sur ces six piliers une force navale solide étant en mesure de contrer toutes les menaces en mer », a-t-il souligné.

Alireza Tangsiri s’est ensuite attardé sur les capacités de la marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique pour fabriquer des navires militaires de divers types, soulignant que des navires de patrouille et des lance-missiles étaient actuellement produits dans les usines de cette force. « Dans certains domaines, nous travaillons avec le secteur privé et nous sommes fiers d’utiliser les équipements de fabrication iranienne », a déclaré Alireza Tangsiri.

Le commandant iranien a ajouté que la marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique avait même produit des navires lourds. « Nous avons fabriqué des navires de classe Chahid Nazeri et nous comptons produire un navire de 65 mètres, équipé de missiles et de torpilles, et ayant la capacité de porter des hélicoptères. C’est ce dont nous avons besoin. Il est nécessaire qu’une force navale soit dotée de navires de toute sorte pour qu’elle puisse être opérationnelle même dans les mers déchaînées et très profondes », a-t-il déclaré.

Alors qu’on lui demandait si la marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique utilise des missiles balistiques anti-navires comme le missile Golfe Persique, Alireza Tangsiri a répondu : « Ces missiles sont actuellement à la disposition des forces aérospatiales du Corps des gardiens de la Révolution islamique et nous pourrons les utiliser si nous en avons besoin. De plus, nous envisageons de produire des missiles encore meilleurs que ceux-ci. »

Mots clés