Sep 21, 2019 10:58 UTC
  • Guerre USA/Iran: les Hachd se préparent

En pleine montée des tensions dans la région qui s’intensifient suite aux attaques de drones contre les installations pétrolières saoudiennes, les États-Unis qui voient tous ses plans capoter, cherchent à monter un nouveau scénario contre l’Iran.

« La Résistance dispose aujourd’hui des armes les plus sophistiqués et de milliers de missiles », a déclaré le secrétaire général adjoint du Harakat Hezbollah al-Nujaba en Irak.

Washington renvoie l’échec de ses projets à la Résistance

« Les attaques contre les positions des Hachd al-Chaabi et les attentats contre leurs commandants par les troupes américaines n’ont rien de nouveau en Irak. Des attaques similaires ont eu lieu par le passé pour contrer les opérations militaires dans le pays », a-t-il évoqué.

« En effet, les attaques proviennent du fait que pour les États-Unis, les Hachd al-Chaabi et la Résistance islamique sont à l’origine de la défaite du projet de Daech que Washington voulait faire durer pour redessiner la carte du Moyen-Orient. Et ce, pour assurer la sécurité d’Israël », a-t-il fait remarquer.

La guerre contre l’Iran suscitera la colère des Irakiens contre les troupes américaines en Irak

A cet égard, Karim Alawi, un des dirigeants de l’Organisation Badr, a mis en garde contre toute agression militaire à l’encontre de la République Islamique d’Iran, selon Bagdad Al-Youm.

« L’Irak défendra l’Iran, si les États-Unis déclenche la guerre contre ce pays », a-t-il prévenu.

« Une guerre lancée par les États-Unis contre l’Iran conduira à des conflits avec les troupes américaines sur le sol de l’Irak, que le gouvernement irakien veuille ou non », a-t-il poursuivi.

« Les positions et les bases américaines ne sont pas à l’abri des attaques irakiennes », a-t-il menacé en précisant: « Cela ne signifie pas que le gouvernement irakien se lancera dans un conflit avec les troupes américaines mais c’est le peuple qui le fera et le gouvernement ne sera pas capable de l’en empêcher. »

Washington n’a pas à entraîner l’Irak dans les guerres régionales

Outre, Dana Jaza, membre de la commission des Affaires étrangères du Parlement irakien, a indiqué que « l’Irak pourrait être pris pour cible de plusieurs manières, mais le fait de l’entraîner dans les guerres régionales est une question inacceptable ».

« L’Irak est un État souverain et il appartient à tous les pays, en particulier les États-Unis, de respecter sa souveraineté nationale », a-t-il noté en appelant Washington à se rendre compte de la situation de l’Irak.

Ce qui frappe dans les réactions des médias et des autorités américains par rapport à l’attaque de drone sur les installations pétrolières de la compagnie saoudienne Aramco, est le fait d’ignorer le rôle des combattants yéménites et de lancer l'hypothèse selon laquelle l’attaque a été menée depuis le sol irakien. De sorte que le Wall Street Journal rapporte l'ouverture d’une enquête par Washington et Riyad en la matière.

Pourquoi une telle hypothèse?

À vrai dire, les États-Unis tentent avant tout de ne pas reconnaître la montée en puissance d’Ansarallah qui pourrait renforcer les pressions internationales visant à mettre fin à la guerre contre le Yémen.

De plus, l’allégation selon laquelle l’Arabie saoudite a été attaquée depuis le territoire irakien servirait de prétexte pour l’administration qui cherche à attaquer à nouveau les Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi) et à faire pression sur le gouvernement irakien pour les contrer.

Enfin, les États-Unis envisagent de faire croire que l’Iran est à l’origine de tous les événements au Moyen-Orient, pour d’abord former une coalition internationale anti-iranienne et placer le dossier yéménite à l’ordre du jour d’éventuelles négociations avec Téhéran.

Mots clés

commentaires