Sep 23, 2019 08:57 UTC

Avant de partir pour New York, le président iranien a promis de dévoiler en pleine Assemblée générale une initiative paix dite "initiative Hormuz" laquelle favoriserait la sécurité et la stabilité du golfe Persique en faisant appel à la participation des pays de la région.

Par cette initiative, le président iranien a l'intention de tendre une perche à l'adresse des alliés de Washington qui croyant pouvoir compter sur l'appui des Américains, semble avoir opté pour jusqu'à boutisme. A peine quelques heures après cette annonce, l'Iran a également décidé de libérer le pétrolier britannique Steno Impero, au bout de 65 jours d'immobilisation et là aussi, dans l'objectif de prouver sa bonne volonté. Au fait, comme le confirme la magazine Forbes, "depuis le 14 septembre, date à laquelle la Résistance yéménite a prouvé de quel bois l'axe de la Résistance est fait, les généraux US n'ont eu cesse de peser pour et contre dans le cadre d'une riposte "militaire" à apporter au séisme géostratégique qu'a déclenché Ansarallah.

Forbes dit que Trump sait parfaitement qu'une action militaire contre l'Iran s’avérera extrêmement coûteuse. ''Que ce soit le déploiement des brigades aériennes dans la région, ou l'attaque balistique contre les installations iraniennes ou les infrastructures militaires de l'Iran ou encore des frappes aériennes massives contre le pays ou même un blocus des ports iraniens, tout ceci ce sont des scénarios apocalyptiques auxquels le Pentagone a pensé sans pour autant décider pour l'un ou l'autre. L'affaire de RQ-4, les tensions Hezbollah-Israël ou encore l'attaque du 14 septembre montrent à plus d'un égard que l'Iran est déterminé à défendre ses droits et il est prêt à tout". 

En réaction aux déclarations du président Rohani, Donald Trump a déclaré dimanche 22 septembre qu'il était prêt à entendre "la proposition iranienne visant à rétablir la stabilité et le calme dans la région du golfe Persique". "Je n'ai pas l'intention de rencontrer le président iranien mais je suis disposé à entendre son "Initiative de paix Hormouz" lors de l'Assemblée générale des Nations unies à New York. Pour les analystes, alors que les Etats-Unis cherchent à opter pour une "réaction à moindre frais", la réaction de Trump relève d'une certaine marche arrière. « Je suis toujours ouvert. Je n'ai pas l'intention de les (iraniens, NDLR) rencontrer, mais je suis toujours ouvert », a déclaré Trump dimanche à Houston, lorsqu'on lui a demandé s'il était disposé à entendre le plan de Rohani.

Avant son départ ce lundi pour New York, le président iranien a affirmé qu'il allait détailler son plan devant la 74ème Assemblée générale de l'ONU, là où "toutes les nations exposent leurs visions et points de vue". "Notre voyage à New York revêt une importance de choix cette année ; les Américains ne voulaient pas que la délégation iranienne soit présente à l'ONU. Sans doute Washington a peur que le point de vue iranien soit connu du public. Et c'est pourquoi nous avons insisté pour y être présents". 

Plus loin dans ses propos, le président iranien a évoqué l'attaque contre Aramco et tout matraquage médiatique autour de cet grand événement qui a servi le discours de guerre de l'équipe dirigeante américaine au pouvoir :" Leur rhétorique semble viser surtout à faciliter le projet qui a été le leur depuis le début à savoir étendre une emprise totale sur le golfe Persique et contrôler totalement cette voie maritime vitale. Le fait que les Etats-Unis veuillent déployer davantage de troupes ou de Patriot en Arabie saoudite prouvent aussi qu'ils cherchent à contrôler le pétrole de l'est saoudien et ce, entre autres, dans le cadre des rivalités sino-américaines". 

Et le président d'ajouter: « Cette année, aux Nations unies, nous présenterons au monde l'Initiative de paix Hormuz dont l'essence est l'amour et l'espoir avec le slogan suivant : « La coalition de l'espoir ». Reste que l'Iran a aplani le terrain au succès de cette initiative.

Stena Impero libéré: l'Iran fait preuve de bonne volonté

L'Iran a libéré le pétrolier britannique Stena Impero, saisi au mois de juillet dans le détroit d'Hormuz pour infractions maritimes. Allahmorad Afifipour, directeur général de l'Organisation des ports et de la navigation maritime iranienne dans la province de Hormozgan, a confirmé la libération du pétrolier battant pavillon britannique, Stena Impero. Il a déclaré que le pétrolier en question quitterait "bientôt" le port iranien de Bandar Abbas pour rejoindre les eaux internationales. Le processus de sortie du pétrolier des eaux iraniennes a été lancé mais les poursuites judiciaires contre le navire sont toujours en cours et les résultats seront annoncés prochainement », a indiqué Afifipour.  L'Iran a arrêté le pétrolier Stena Impero dans le détroit d'Hormouz le 19 juillet. Le navire avait éteint son localisateur GPS, en violation de la réglementation internationale. Reste à savoir si oui ou non les Américains finiront par se rendre à l'évidence. Aux dernières nouvelles, Washington s'apprête à sanctionner les partenaires de l'Iran après avoir atteint le sommet d'absurdité dans ses sanctions anti-iraniennes, lesquelles ont échoué les unes après les autres.

 

 

Mots clés

commentaires