Sep 23, 2019 15:24 UTC
  • Le gaz iranien s'ouvre grand à la Syrie

Le ministre syrien du Pétrole et des Ressources minérales, Ali Ghanem, s'est rendu lundi au champ gazier Pars Sud dans le port iranien d'Assalouyeh, dans la province de Bouchehr au sud de l'Iran.

Lors d'une visite d'une journée, M. Ghanem, qui dirigeait une délégation composée de responsables syriens a été informé par le directeur général de la société pétrolière et gazière Pars (POGC), Mohammad Mechkinfam, du gisement de gaz et des investissements réalisés.

Le ministre syrien a également visité des complexes pétrochimiques à Assalouyeh, en plus des raffineries des phases 4 et 5 de Pars Sud.

Pars Sud est le plus grand gisement de gaz du monde, mais il possède également d’importantes réserves de pétrole que l’Iran partage avec le Qatar, autre pays riverain du golfe Persique.

L'Iran a commencé à extraire du pétrole de cette zone en mars 2017 avec une production initiale de 5 000 barils par jour (bpj), qui s'élève actuellement à 25 000 bpj, selon M. Mechkinfam.

En mars dernier, le chargé d’affaires syrien en Iran, Ali Seyyed Ahmad, avait invité des entreprises et des investisseurs iraniens à prendre part à la reconstruction du pays arabe.

S'exprimant lors d'une réunion conjointe des agents économiques iraniens et syriens à la Chambre de coopération iranienne à Téhéran lundi, M. Ahmad a souligné que le gouvernement syrien s'était engagé à développer les relations commerciales avec l'Iran, invitant les sociétés iraniennes à investir en Syrie.

Il a déclaré que la Syrie était maintenant dans sa période de reconstruction, ajoutant que sa reconstruction nécessitait des milliards de dollars.

En décembre, Téhéran et Damas ont échangé leurs points de vue sur le commerce stratégique à long terme et la coopération commerciale lors d’une réunion du comité économique ministériel.

 

Mots clés

commentaires