Oct 23, 2019 15:11 UTC
  • Mémorandum de Sotchi: l'Iran réagit

« L’Iran accueille favorablement toute action visant à maintenir l’intégrité territoriale, à renforcer la souveraineté nationale et à rétablir la stabilité et la paix de tous les pays de la région ;

 Et à cet égard, l’accord conclu entre la Russie et la Turquie pour mettre fin au conflit dans le nord de la Syrie constitue une étape positive sur la voie du rétablissement de la stabilité et de la paix dans la région », a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Seyyed Abbas Moussavi.

« Nous espérons que cette entente contribuera d’une part à répondre aux préoccupations de la Turquie en matière de sécurité, et de l’autre à préserver et à renforcer l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale de la Syrie », a affirmé M. Moussavi avant d’ajouter :

« La République islamique d’Iran a toujours privilégié le dialogue et d’autres moyens pacifiques pour la résolution des différends et a encouragé toutes les parties en conflit à s’engager sur la voie des négociations. Il est donc normal que l’Iran considère l’accord d’Adana comme un cadre adéquat pour répondre aux préoccupations de la Turquie et de la Syrie. L’Iran ne lésinera sur aucun moyen pour qu’une entente s’établisse entre Ankara et Damas. »

M. Moussavi a souligné que la présence des forces étrangères dans le nord de la Syrie n’en garantissait pas la sécurité, que la solution aux problèmes ne pouvait venir que par la coopération des pays de la région et que le retrait des Américains allait soulager beaucoup de monde en créant plus de chance au rétablissement de la paix et de la stabilité.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a par ailleurs rappelé :

« La création bientôt d’un comité constitutionnel aura des effets positifs sur le mécanisme de mise en place de la paix et de la sécurité en Syrie. Nous estimons qu’il s’agit d’un pas important vers le rétablissement d’une stabilité et d’une paix durable en Syrie ».

Mots clés

commentaires