Nov 11, 2019 19:58 UTC
  • La stratégie iranienne d'Israël « se brise »

« La stratégie de pression qu’avait appliquée le Premier ministre israélien contre l’Iran s’est brisée. En revanche, le courage et l’audace de Téhéran ont considérablement augmenté. »

C’est ce qu’a écrit l’analyste israélien Amos Harel, citant de hautes sources sécuritaires israéliennes, dans un article publié par le journal Haaretz, qui ajoute :

« Des sources sécuritaires haut placées israéliennes estiment que deux évolutions ont lieu parallèlement dans la région du Moyen-Orient. D’un côté, nous sommes témoins que le pouvoir et la confiance en soi de la RII augmentent chaque jour davantage. L’annonce, par les Iraniens, d’une quatrième mesure dans le cadre de la réduction de leurs engagements nucléaires, en est le meilleur exemple. »

Et de l’autre côté, nous assistons à des scènes de manifestations en Irak et au Liban que le journal israélien qualifie de « protestation contre les gouvernements pro-iraniens en place », ajoutant :

« Des sources concordantes à Tel-Aviv disent que le mois dernier, les appareils de renseignement israéliens ont mis en garde contre une évolution “dramatique” au niveau de la politique iranienne ; en ce sens que les responsables iraniens seraient déterminés à riposter à toute agression israélienne, pour changer le rapport de force entre Téhéran et Tel-Aviv et faire basculer les règles du jeu. Les appareils de renseignement israéliens ont également averti que l’Iran pourrait passer à l’action et procéder aux attaques au missile contre Israël, depuis le Yémen ou l’Ouest irakien. »

Toujours en se référant aux sources sécuritaires israéliennes, à l’antenne de la chaîne 13 de la télévision israélienne, le journaliste de renom Alon Ben David a reconnu que la stratégie anti-iranienne de Netanyahu s’était effondrée, étalant au grand jour les faiblesses des États-Unis dans leur plan de soutenir le régime israélien.

« On s’attendait à ce que le retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien agisse comme une démonstration de force américaine face à l’Iran, apte à le faire revenir à la table des négociations. Or, à la faveur des faiblesses dont font preuve à l’heure actuelle les États-Unis, l’Iran semble jouir d’une plus grande liberté d’action, ayant ainsi repris ses activités nucléaires. L’Iran se trouve aujourd’hui dans une situation lui permettant de réclamer la levée des sanctions, en préalable à un établissement des négociations avec les États-Unis. »

C’est dans de telles circonstances qu’Israël se trouve seul face à un Iran nucléaire et qu’il ne voit devant lui aucun autre choix que d’adopter une nouvelle stratégie sécuritaire, conclut Haaretz.

Mots clés

commentaires