Dec 08, 2019 10:51 UTC
  • Iran: le talon d'Achille de l'US Navy?

Le commandant en chef de la marine iranienne, le contre-amiral Khanzadi relevait un handicap particulièrement caractéristique de la flotte américaine dans la région: son immobilité : « Les Britanniques sont présents dans les eaux hors du détroit d’Hormuz et la présence des Américains n’est qu’une façade.

Leurs navires ont seulement accosté dans les ports de la région! Ils n’ont aucune influence sur les mers et cela signifie que les mers sont sécurisées ».

Dimanche, les agences ont fait état de l'appareillage de L'USS Harry Truman vers les côtes syriennes d'où il devrait partir a destination du golfe Persique pour remplacer l'USS Abrams Lincoln. Les agences font état des «problèmes» qui pousseraient les Américains à le remplacer. Et bien l'immobilité semble être la principale faille de la flotte US dans la région. Le contre-amiral Habibollah Sayyari, commandant adjoint de l’armée iranienne y revient tout en mettant en exergue ce qui différencie la marine iranienne de l'US Navy.

« La marine iranienne est fière d’avoir bel et bien mis en œuvre, au cours des 12 dernières années, les ordres du Leader de la Révolution islamique d'Iran dont l'omniprésence de la marine de l’armée iranienne dans les eaux internationales », a affirmé le contre-amiral Sayyari cité le 7 décembre par Tasnim. Le contre-amiral s'est félicité ensuite de l'extrême mobilité de la flotte qui est désormais largement présente en océan Indien.

« Dans le passé, nos missions se bornaient au sud de Chabahar (sud d'Iran) et nos principales traversées ne comprenaient que le golfe Persique et la mer d’Oman. Or, suite à des changements qui ont conduit à la transformation de notre marine en une force stratégique dans la région, notre présence s’est élargie dans les eaux internationales. Il y a quelque temps , nous naviguions à rayon de 300 000 km du golfe Persique tandis qu’aujourd’hui, notre portée maritime a atteint une espace de plus de 2 millions kilomètres carrés ».

Et le contre-amiral de poursuivre : 

« Aujourd’hui, nos navire traversent le détroit de Bab el Mandeb, le golfe d'Aden et patrouillent en mer Rouge et traverse le canal de Suez. Nous avons également navigué dans d’autres espaces maritimes tels que la Méditerranée, l’océan Indien, l’Afrique du Sud, l’Atlantique, Malaga, la mer de Chine, l'Inde, le Japon et bien d'autres régions. C'est un exploit qui prouve une quasi métamorphose et qui fait de l'Iran une force régionale et aux portées internationales avec qui les marines américaine voire européenne devront bien compter », a précisé le contre-amiral en allusion à peine voilée aux coalitions maritime anti-Iran que veulent présider les USA mais aussi la France. 

Évoquant l’exercice maritime conjoint qui aura lieu très prochainement par les marines iranienne, russe et chinoise, le contre-amiral a qualifié de « très important » cet événement au cours duquel la marine iranienne se mettra à l’épreuve côte à côte avec deux des marines les plus puissantes du monde.

Le contre-amiral de conclure : « Dans le temps, il n’y avait aucun système de surveillance sur les navires traversant le nord de l’océan Indien. Cela n’est plus le cas; à l’heure actuelle, nous surveillons tous les navires qui y passent. La voix de la République islamique y fait raisonner que les eaux du nord de l’océan Indien n’appartient à quiconque qu’à l’Iran, cela signifie la « puissance » dont le Leader de la Révolution islamique d'Iran se réjouit ».

Mots clés

commentaires