Dec 12, 2019 10:50 UTC
  • Iran-Russie en conseil de guerre?

Est-ce le prélude à une confrontation majeur? Toujours est-il que l'Iran et la Russie viennent de condamner dans les termes les plus sévères "l'occupation" des richesses pétrolières syriennes par les Américains et la nécessité absolue d'un retour des ces richesses à l'État syrien.

Plus tôt cette semaine, des informations officieuses ont aussi fait état du déploiement, à la demande de l'armée syrienne, à T4 (Homs) des systèmes des batteries de Bavar 373, non loin des points des éléments de la DCA intégrée syro-russe. Tout ceci se déroule alors que les Américains continuent à détourner le pétrole syrien à Deir ez-Zor et qu'il semblerait que rien moins qu'un face-à-face direct ne saurait les faire reculer. Il y a quelques jours des Su-35 ont justement repoussé des chasseurs israéliens qui avaient osé se rapprocher du ciel du sud syrien. 

C'est sur fond de ces rapides évolutions que le directeur du Service du renseignement extérieur de la Russie s'est rendu assez discrètement le mercredi 11 décembre à Téhéran.  Lors de son voyage à Téhéran, le directeur du Service des renseignements extérieurs (SVR) de Russie, Sergueï Narychkine, s’est entretenu avec les responsables du ministère des Renseignements et du service du renseignement étranger iranien sur le "renforcement de la coopération bilatérale" dans le domaine de "la lutte contre le terrorisme" que les États-Unis continuent à soutenir fermement en Syrie mais aussi en Irak où le transfert de daechistes depuis le camp d'al-Hol (Syrie) se poursuit toujours. 

Le porte-parole de M. Narychkine,  Sergueï Ivanov a commenté mercredi ce voyage: « Aujourd'hui, le voyage de travail de Sergueï Narychkine à Téhéran s’est achevé. Pendant son séjour, il s'est entretenu avec des officiels du ministère iranien des Renseignements et du service du renseignement étranger du renforcement de la coopération de part et d’autre dans la lutte contre le terrorisme international et les menaces communes qui pèsent sur la sécurité de la Fédération de Russie et de la République islamique d'Iran. »

Certains observateurs qui suivent le cours des événements en Irak et au Liban n'écartent pas non plus le fait que les parties aient aussi évoqué des agissements des USA et de leurs alliés dans les pays membres de l'axe de la Résistance. Le responsable russe a par ailleurs fait allusion à la rencontre de Narychkine avec le président du Parlement iranien, Ali Larijani. Les deux parties se sont entretenues des questions relatives à la "sécurité régionale" et "internationale" ainsi que de "la coopération bilatérale".

Notons qu’en septembre dernier, le cabinet ministériel iranien avait approuvé la signature de l’accord sur la coopération internationale entre l’Iran et la Russie concernant l’échange de renseignements dans le champ international. Il s'agit d'un accord qui engage les parties à faire des échanges réguliers dans le domaine de renseignement. L'accord vise à garantir la paix, la sécurité et la stabilité des deux pays en rapport avec les évolutions internationale et à "empêcher toute conspiration" – qui pourrait porter atteinte à la souveraineté et à la sécurité des gouvernements – à faire entrave aux ingérences dans les affaires intérieures des deux États, ainsi qu'à empêcher la violation de la vie privée des citoyens et à mettre en exergue l'importance de la sécurité.

Mots clés

commentaires