Jan 25, 2020 19:10 UTC
  • Le CGRI au réacteur de Fordo

Un groupe de hauts commandants du Corps des gardiens de la Révolution islamique accompagné de l’assistant spécial du président de l’Agence de l’énergie atomique d’Iran (OIEA) ; Ali Asghar Zarean, a visité mercredi dernier l’installation d’enrichissement de Fordo.

Ils se sont informés des derniers développements et des activités nucléaires de l’installation.

Selon Fars News, l’Iran a annoncé le 5 novembre 2019 la reprise de l’enrichissement d’uranium dans son usine de Fordo (à quelque 180 km au sud de Téhéran) en riposte au retrait des États-Unis, un an plus tôt, de l’accord de Vienne, a déclaré le président iranien Hassan Rohani dans un discours à l’occasion de l’inauguration d’une pépinière d’entreprises à Téhéran.

En vertu de l’accord nucléaire de 2015, l’Iran s’était engagé à transformer l’installation de Fordo en un centre nucléaire, physique et technologique. Après Natanz, à l’usine de Fordo, l’uranium était enrichi aux environs de 20 %. Ses activités sont interrompues conformément aux engagements pris dans le cadre de l’accord nucléaire.

Or l’Iran a relancé les activités d’enrichissement d’uranium à hauteur de 4,5 % en isotope 235, suite à sa décision de réduire encore davantage ses engagements, au lendemain de l’expiration du délai donné par Téhéran aux États membres à l’accord (Allemagne, France, Royaume-Uni, Russie et Chine).

 

Mots clés

commentaires