Jul 02, 2020 14:23 UTC
  • Israël :

Alors que le Premier ministre israélien fait part de la volonté de Tel-Aviv de contrecarrer le programme nucléaire iranien (à vocation pacifique), l’ancien chef du Mossad reconnaît que ni Israël ni aucune puissance du monde n’est capable de l'arrêter.

« Ni Israël ni aucune puissance n’est en mesure de stopper le programme nucléaire iranien », a affirmé  Shabtai Shavit, ancien chef du Mossad, quelques heures après la conférence de presse conjointe du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, et l'émissaire des États-Unis pour l'Iran, Brian Hook, en visite en Palestine occupée.

Lors de cette conférence de presse, Netanyahu a prétendu qu’Israël ne lésinerait sur rien pour stopper le programme nucléaire iranien.

Shabtai Shavit a de son côté reconnu que l’incapacité du monde à arrêter le programme nucléaire iranien est une réalité. « Seuls, les Iraniens eux-mêmes sont capables d’arrêter leur programme nucléaire. S’ils décident de le faire, ils le feront », a-t-il déclaré au Jerusalem Post à l’occasion de la publication de la version anglaise de son livre « Head of the Mossad ».

L’ancien chef du Mossad a conseillé aux autorités politiques du régime d’occupation de ne lésiner sur rien pour maintenir le calme avec le Hezbollah. 

Et ce, alors que le Centre de recherches et d’études israélien, Herzliya, considère le plan d’annexion de pans de la Cisjordanie comme un facteur qui compromettrait la capacité de dissuasion de ce régime.

Dans une étude récente, Herzliya a récemment déconseillé aux politiciens israéliens l’idée de l’annexion de la Cisjordanie et de la Vallée du Jourdain, car cela pourrait affaiblir la force de dissuasion et la réaction de Tel-Aviv au programme nucléaire iranien.

« Les États-Unis s'efforcent de prolonger les sanctions, mais ils se trouvent dans un état d'isolement particulier. S’ils acceptent la levée des sanctions, cela encouragera la Russie à vendre des armes sophistiquées dont des systèmes de défense aérienne et contribuera au développement du programme nucléaire iranien », indique l'étude. 

Mots clés

commentaires