Oct 25, 2020 19:14 UTC
  • Russie-Iran: Lockheed Martin a peur

La porte-parole de du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a souligné que le « complexe militaro-industriel » américain, lobby des armes états-unien, est à l’origine des menaces contre les partenaires militaires de la République islamique d’Iran.

Selon Mashreghnews, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré aux journalistes en réponse aux récentes menaces américaines contre les pays s’engageant dans des accords d’armes avec l’Iran que les récentes allégations menaçantes depuis les États-Unis visent à dévier l’opinion publique sur les accords colossaux d’armes et les immenses exportations d’armes américaines vers de nombreux pays arabes du golfe Persique.

Les complexes militaro-industriels influents des États-Unis s’infiltrant au sein du système politique américain ont fait passer leurs velléités comme les intérêts économiques de Washington et de ses alliés et jouent, par le biais de divers mécanismes, un rôle de premier plan dans l’élaboration et la promotion de la politique étrangère américaine depuis la guerre froide jusqu’à ce jour.

La réaction de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères intervient après que le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a publié une déclaration, menaçant les pays qui souhaitent conclure des contrats d'armement avec l’Iran, alors que l’embargo des Nations unies sur les armes contre l’Iran a expiré le 18 octobre.

Dans un nouveau chantage qui découle de l’unilatéralisme et de la poursuite de l’hégémonie oppressive américaine, le chef de la diplomatie US a lancé : « Le 19 septembre, toutes les sanctions de l’ONU contre l’Iran, y compris l’embargo sur les armes, ont été réimposées ! Par conséquent, les exportations de certaines armes conventionnelles vers l’Iran sont une violation de la résolution 1929 du Conseil de sécurité, tandis que l’achat d’armes ou d’articles connexes à l’Iran serait une violation de la résolution 1747 du Conseil de sécurité. »

Il s'agit en effet de quelques-unes des résolutions que Washington prétend avoir rétablies en activant le mécanisme de déclenchement (Snapback), mais le Conseil de sécurité de l’ONU n’a jamais confirmé ces allégations.

Les représentants de la Chine et de la Russie, deux pays membres de l’organe exécutif onusien, ont souligné que leurs relations avec la République islamique d’Iran ne seraient pas affectées par ces menaces.

Mots clés

commentaires