Nov 11, 2020 18:10 UTC
  • Seize coups balistiques de l'Iran?

Lorsque le fondateur et concepteur du pouvoir balistique de l'Iran Hassan Tehrani Moghaddam a été tué le 12 novembre 2011 dans l'explosion de la caserne de Bid Kaneh, près de Téhéran, tout le monde a craint une grande pause dans le développement de l’industrie balistique mais aujourd'hui, neuf ans plus tard, les forces armées iraniennes sont équipées de nouvelles armes sophistiquées dont certaines avaient été conçues du vivant du général iranien. 

En 2014, les missiles balistiques Hormuz-1 et Hormuz-2 ont été dévoilés lors d’une exhibition de la Force aérospatiale du Corps des gardiens de la Révolution islamique. Fonctionnant à propulsion solide, les ogives de ces deux missiles peuvent être équipées de systèmes radars de recherches pouvant attaquer les sites radars et les porte-avions de l’ennemi jusqu’à une portée de 300 kilomètres. 

En 2015, le missile balistique Emad, ayant une portée de 1 700 kilomètres et le missile balistique Fateh-313, ayant une portée de 500 kilomètres, ont été dévoilés au grand public. Le Emad fonctionne à combustible liquide et sa tête est dotée de petites ailes qui l’aident à atteindre sa cible avec une plus grande précision. 

Le Fateh-313 est le premier missile iranien qui fonctionne au propergol composite. Cette technologie permet au missile d’avoir une meilleure précision puisqu’elle réduit les tremblements causés par le fonctionnement du moteur. Le Fateh-313 a fait preuve de sa grande performance et précision, lors de l’attaque au missile du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) contre la base militaire américaine Aïn al-Assad en Irak. 

En 2017, le missile Zolfaghar a apparu, pour la première fois, sur les écrans, lors d’une frappe contre plusieurs positions de terroristes de Daech dans la province de Deir ez-Zor, en Syrie. 

Ayant une portée de 700 kilomètres, le Zolfaghar, fonctionne, lui aussi, au propergol composite. 

Le 22 septembre 2017, le missile balistique Khorramchahr a été constaté pour la première fois lors d’une parade des forces armées qui a eu lieu à l’occasion de la Semaine de la Défense sacrée. 

Avec une portée de 2 000 kilomètres, le Khorramchahr est en mesure de porter une tête de 1 800 kilogrammes. Il s’agit du missile le plus puissant fonctionnant au combustible liquide qui et a la capacité de transporter plusieurs ogives à la fois. 

Le 13 août 2018, le missile Fateh Mobin a été dévoilé lors d’une parade marquant la Journée nationale de l’industrie de défense. 

Le Fateh Mobin est un missile balistique d'une portée de 700 kilomètres. Il s’agit d’un engin sol-sol et en même temps d’un missile antinavire à propulsion solide. 

Pendant la même année, deux autres missiles iraniens ont été dévoilés : une nouvelle version de Khorramchahr et le missile Dezfoul.  

La nouvelle version de Khorramchahr était dotée d’une ogive semblable à celle d’Emad lui permettant de devenir téléguidé. 

Le missile Dezfoul, ayant une portée de 1 000 kilomètres, est de la famille des Fateh. Fonctionnant à combustible solide, le Dezfoul a été conçu et produit par la Force aérospatiale du CGRI. 

Le 9 février 2020, la Force aérospatiale du CGRI a dévoilé le missile Raad-500 et le moteur spatial Salman.

Le missile Raad-500 est un missile balistique iranien qui est équipé d'un moteur composite progressif surnommé Zohair. Le Raad-500 est un missile 50% plus léger que le Fateh-110 dont le corps était en métal ; alors que la portée de ce nouveau missile balistique iranien est supérieure à 200 kilomètres et sa portée finale est de 500 kilomètres. 

Dévoilé pour la première fois en février 2020, le moteur spatial Salman utilise un ensemble de technologies sophistiquées, notamment du propergol solide, une tuyère mobile pour le contrôle de vol et une enveloppe en fibre de carbone légère. Malgré ses petites dimensions, le moteur à propergol solide Salman semble bien performant dans la construction des lanceurs spatiaux. Mais à bien des égards, il sert de démonstrateur pour les technologies cruciales pour le développement de missiles modernes à longue portée, y compris les ICBM (Missiles intercontinentaux). L'utilisation de cette technologie marque un développement significatif dans le programme spatial régulier de l'Iran.

La fabrication du moteur spatial baptisé Salman par le CGRI est une étape importante avant la conception d’un missile antisatellite.Le moteur spatial Salman peut changer de direction grâce aux matériaux composites légers, utilisés dans son corps. En conséquence, cette technologie de l’usage de la propulsion à propergol solide permet à l’engin de se déplacer bien au-delà de l'atmosphère terrestre.Le recours à la technologie de propulsion à tuyau mobile permet de fabriquer des missiles défensifs pour engager des cibles ennemies en dehors de l'atmosphère terrestre.

Le 22 avril 2020, l'Iran a lancé son premier satellite militaire. Le satellite Nour a été lancé avec succès à partir du lanceur tri-étage Qassed qui a été placé en orbite avec succès. Le satellite Nour orbite actuellement autour de la Terre à 425 km. Il s'agissait d'une grande réussite et d'un nouveau tournant dans le secteur aérospatial iranien.Le satellite Nour s'est chargé de la surveillance des pétroliers iraniens qui faisaient la route vers le Venezuela. Le lanceur tri-étage Qassed utilise, au premier étage, d’un moteur à propergol liquide et au deuxième étage, du moteur Salman à propergol solide. 

Mais les surprises balistiques du CGRI n’en sont pas restées là. 

En été 2020, le CGRI a dévoilé ses champs à missiles souterrains lors de l’exercice Grand Prophète-14. Partout dans ces champs de missiles, des rampes de lancement sont dissimulées sous le sol, depuis où des missiles sont tirés vers leurs cibles. Au cours du même exercice, le CGRI a laissé constater ses lanceurs en forme de boîte. 

Le 20 août 2020, le dévoilement d’un autre missile balistique tactique a placé le nom de l’Iran en tête de la liste des pays détenteurs de missiles balistiques tactiques à longue portée. 

Le missile balistique Hadj Qassem, ayant une portée de 1800 kilomètres, est un nouveau membre de la famille des missiles de classe Fateh. Il s’agit d’un missile à propergol solide, ayant une tête téléguidée. Parmi tous les missiles balistiques tactiques, Hadj Qassem a la portée la plus longue du monde. 

En effet, c’est un engin qui au regard de diverses ogives explosives qu’il peut transporter, est capable de détruire des fortifications en béton ou encore de pénétrer telle les armements anti-bunker des cibles placées en profondeur. Le missile Hadj Qassem est une version optimisée de Zolfaghar.

Le même jour, le plus petit membre de la Famille Fateh, qui s’appelle le missile Fath, a été également dévoilé. Pas beaucoup d’informations ont été dévoilées à propos des capacités du Fath. 

En septembre 2020, le missile balistique à la portée de 700 kilomètres Zolfaghar Bassir a été dévoilé au cours de la cérémonie d’inauguration du Parc national de l’Aérospatial. 

Zolfaghar Bassir est en effet le missile Zolfaghar équipé d’un chercheur optique qui lui permet de viser les cibles mobiles dont les vaisseaux de l’ennemi. 

Début novembre 2020, le CGRI a laissé révéler sa mitraillette balistique qui permet les tirs consécutifs de plusieurs missiles balistiques. 

Une mitraillette balistique est composée de plusieurs rampes qui sont liées les unes aux autres et installées sur un rail. Elle est employée dans les cités balistiques souterraines du CGRI. Seuls les missiles Emad, ayant une portée de 1 700 kilomètres, ont été toujours installés sur ces mitraillettes balistiques. Ce système de rails raccourcit de façon significative le temps nécessaire à la préparation au tir des missiles balistiques notamment ceux à combustible liquide. Ce nouvel équipement n’est pas seulement un porteur mais aussi une rampe de lancement mobile. Cela signifie qu’une fois arrivés devant le trou aménagé dans les villes balistiques souterraines, les missiles n’ont pas besoin d’être transférés sur les rampes et sont d’ores et déjà prêts à être tirés. Neuf ans après la mort en martyre du fondateur de la puissance balistique iranienne, l’Iran poursuit le trajet de développement et de nouveaux acquis sont dévoilés tous les ans de quoi désenchanter les ennemis de l’Iran. 

Mots clés