Nov 15, 2020 14:06 UTC
  • Irak: Patriot chassé par Bavar-373?

L'Iran est-il sur le point de faire en Irak le même coup anti-US qu'il a fait en Syrie?

Depuis samedi le ministre irakien de la Défense se trouve e visite officielle à Téhéran et vu ses rencontres et la teneurs de ses entretiens, il semblerait qu'en Irak aussi l'avenir de l'armée de l'air US et de son acolyte israéliens qui ont réussi en 2019 frapper à plusieurs reprises les bases de la Résistance irakienne pour finir leur diabolique travail par l'assassinant du grand commandant de la Force Qods et du haut commandant des Hachd est désormais entouré d'un halo d'incertitude.

En effet, depuis l'apparition des batteries de la DCA iranienne, Bavar-373 dans l'arsenal syrien, la campagne israélienne dite Guerre dans la guerre a cessé d'exister tout comme en Irak où les opérations au sol de la puissante Résistance irakienne a réduit à néant la présence des forces US, désormais repliés à Al-Anbar. Un pacte militaire signé avec Téhéran, offrira-t-il à l'Irak la pleine souveraineté de son ciel? Pas de doute. 

Le chef d'état-major des forces armées iraniennes, le général de division Mohammad Hossein Baqeri, a ainsi dévoilé l'intention iranienne de signer un "pacte militaire" avec l'Irak. S'adressant aux journalistes à l'issu d'une rencontre avec le  avec le ministre irakien de la Défense, Juma Inad Saadoun ce dimanche  à Téhéran, le général  Baqeri a déclaré que Téhéran et Bagdad avaient rédigé un document portant sur la coopération militaire, document "en cours de finalisation" et qui sera signé "dans un très proche avenir".

"Les deux parties ont discuté de divers sujets liés aux industries de la défense, à la sécurité de la frontière commune, à l'échange d'expériences, aux programmes de formation et à la tenue d'exercices militaires conjoints, a dit le général iranien avant de souligner "le soutien en acte et en parole de l’Iran à la sécurité de l’Irak" et "sa lutte contre le terrorisme au cours des dernières années". " Il va sans dire qu'une telle coopération renforcerait la sécurité de l’Irak, étant donné que les États-Unis font pression pour ressusciter des terroristes dans la région.

" L'Iran continuera à appuyer les frères irakiens dans les domaines de la formation, des opérations militaires et des conseils chaque fois que nécessaire", a -t-il ajouté renvoyant les experts à ce pacte signé avec la Syrie par le même général Baqeri, pacte qui a ouvert la voie à l'arrivée des pièces de la DCA made in Iran en Syrie et à changer la donne aérienne en faveur de Damas.

Samedi, le ministre irakien de la Défense, le général de brigade Amir Hatami. s'était déjà entretenu avec son homologue irakien,  entretien au cours duquel ce dernier a exprimé la volonté de l’Iran de répondre aux besoins des forces armées irakiennes. En effet la levée de l'embargo sur le commerce d'armes avec l'Iran relève tout facto tout obstacle en ce sens. Depuis le vote du Parlement irakien en faveur d'un retrait des troupes d'occupation US d'Irak, les Etats Unis refusent d'apporter assistance aux forces irakiennes au sol alors qu'elles sont de l'est à l'ouest en lutte acharnées contre les terroristes de Daech que ces mêmes américains financent et soutiennent. Outre ce fait, des explosions étranges se sont produites il y a une dizaine de jours dans le pipeline au sud de l'Irak à Bassora, visant des projets d'investissement chinois dans ce pays. Selon les observateurs, un ciel irakien contrôlé par les USA ou l'OTAN ne saurait assurer aux Irakiens une souveraineté totale et mettrait régulièrement en danger leurs forces armées et leurs intérêts économiques. 

L'Irak peut-il avoir une Armée de l'air indépendante? Un pacte signé avec Téhéran lui fournirait non seulement des batteries de "Bavar 373" en lieu et place des Patriot qui ont à plus d'une reprise échoué mais encore un arsenal de missiles et de bombes intelligentes. 

Lors d'un tout récent exercice de l'armée de l'air iranienne à Ispahan quelques-unes de ces capacités ont été portées au grand jour. Les Irakiens pourraient s'intéresser par exemple outre à la DCA iranienne, à des missiles air-air de longue portée, qui fonctionnent en mode  stand-off. Les missiles et les bombes stand-off permettent aux avions de combat ainsi qu’à leurs pilotes de s’échapper aux systèmes de défense antiaérienne ou aux appareils intercepteurs de l’ennemi. Et dans le cas irakien, on pense par exemple à des batteries Patriot qui, installées dans l'ambassade US à Bagdad, sont testées régulièrement au prix parfois du sang des civils irakiens! 

Depuis 2016, les avions de combat Soukhoï Su-22 iraniens sont dotés de Yassin,  bombe téléguidée stand-off Yassin qui dispose d’une tête de 225 kilogrammes et est équipé des systèmes de navigation et de guidage satellite lui permettent d’avoir une marge d’erreur inférieure à une dizaine de mètres. Et bien, pour viser des Américains qui se permettent d'éliminer les hauts commandants militaires irakiens dans l'aéroport de Bagdad, ce serait un bon outil de vengeance. tout comme pour éliminer les terroristes que les USA laissent infiltrer depuis la Syrie voisine. 

Mais les Su-22 de l’armée iranienne ne sont pas les seuls appareils dotés des bombes Yassin ; les F-7 de l’armée de l’air, version chinoise du Mig-21 de l’époque soviétique, sont également dotés des bombes Yassin. Mais l'Iran a aussi doté ses F-4 de cette même bombe intelligente classe Yassin. Et il y a là un point auquel un ministre irakien de la Défense pourrait s'intéresser très particulièrement : les experts iraniens sont capables d'installer Yassin à la fois sur ces avions et appareils russes ou chinois que sur les appareils de coception américaine. Aussi les F-16 que les USA croient avoir alité en refusant d'en livrer des pièces de rechange à l'Irak ne tarderaient pas à être "ouverhaller "ou "dotés de bombes efficace" par l'Iran. Cela leur éviterait aux Irakiens d'aller demander à l'OTAN un appui aérien à leurs opérations au sol contre Daech ou acheter des Rafale à la France dont le MAE vient de s'ingérer de façon éhontée dans les affaires intérieures de l'Irak en disant : " Paris s'oppose au retrait US d'Irak". Le pacte militaire Iran-Irak aura des surprises à faire à tout le monde!

Mots clés