Jan 15, 2021 18:47 UTC

Les forces aérospatiales du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) ont lancé, ce vendredi 15 janvier 2021, la première étape d'un exercice militaire à grande échelle baptisé Payambar-e Azam 15 (Le Grand Prophète 15) dans le désert central d'Iran en mettant en œuvre une opération combinée de missiles et de drones.

Selon l’agence de presse iranienne Tasnim, le vaste exercice militaire comprenait le lancement d'un barrage de missiles balistiques sol-sol qui ont été suivis d'opérations par des drones  bombardiers offensifs.

Certains commandants et responsables de haut rang des Forces armées de la République islamique d'Iran, ainsi que le commandant en chef du CGRI, le général de division Hossein Salami, le commandant des forces aérospatiales du CGRI, le général de brigade Amirali Hajizadeh, étaient les participants aux manœuvres militaires du CGRI.

Une attaque combinée a été menée sur une base de l’ennemi fictif au cours de laquelle toutes les cibles prédéterminées ont été détruites à l'aide d'une nouvelle génération de missiles balistiques sol-sol et de drones de combat.

Après l'attaque des drones bombardiers sophistiqués du CGRI venant de toutes les directions sur le bouclier antimissile de l'ennemi fictif et la destruction complète des cibles au cours de la première étape de l’exercice, un grand nombre de nouvelles générations de missiles balistiques artisanaux dans des classes de Zolfaghar, Zelzal et Dezful ont été tirés vers les cibles prédéterminées.

Les missiles susmentionnés sont équipés d'ogives détachables avec la capacité d'être guidés hors de l'atmosphère ainsi que la capacité d'intercepter et de pénétrer les boucliers anti-missiles ennemis.

Mais l'un des points importants de cet exercice était le vol en essaim des drones « Shahed 161 et 141 » de la Force aérospatiale du CGRI, drones qui avaient déjà été utilisés lors de l’opération destinée à détruire les positions de Daech à l'est de l'Euphrate. Ces drones sont en fait un prototype à 40% du célèbre drone américain RQ-170, qui est tombé aux mains du CGRI en 2011.

En 2014, la construction d'un prototype à 40% du drone américain RQ-170, appelé les drones « Shahed 161 et 141 », a été mise à l'ordre du jour de la Force aérospatiale du CGRI. La différence entre les drones Shahed  161 et 141 est que le premier utilise un moteur à réaction et le deuxième utilise un moteur à pistons.

Le drone Shahed 161 a une mission de surveillance de combat et une portée maximale de 500 km et peut voler à des altitudes de 25 000 pieds. Il a une vitesse de pointe de 275 km / h et un poids au décollage de 70 kg et peut transporter jusqu'à 2 bombes.

Dans le cadre de l'exercice de ce vendredi, les drones de combat du CGRI ont frappé les cibles avec une grande précision.

Selon le correspondant de l'agence de presse Tasnim, les images diffusées des drones de combat utilisés dans l'exercice montrent que ces avions sans pilote ont été utilisés contre une cible de missile (simulation de SAM 6), et les images de la frappe montrent la précision et l'exactitude élevées de ce type de drone kamikaze.

Dans ce droit fil, le commandant de la Force aérospatiale du CGRI, le général de brigade Amirali Hajizadeh, a déclaré que « les missiles utilisés aujourd'hui font partie d’une nouvelle génération de missiles balistiques ».

« Les capacités d'aujourd'hui étaient nouvelles, et la combinaison de celles-ci avec les opérations de drones et l'utilisation des acquis et des technologies de l'intelligence artificielle a créé une nouvelle possibilité et un nouveau pouvoir », a-t-il fait remarquer.

 

Mots clés