Jan 19, 2021 19:58 UTC
  • L’Iran a son F-35 !

Moins de 48 heures de la fin de la vie politique du président Trump, les exercices des forces armées iraniennes se poursuivent avec une pleine intensité.

Le point le plus important de ces exercices est que les forces iraniennes ont essayé d’accompagner les exercices de messages précieux, messages que les militaires de la partie adverse reçoivent très bien.

Le fait que le Corps des gardiens de la Révolution islamique démontre ses tunnels souterrains à quelques centaines de mètres sous terre laisse entendre que même si les Américains et leurs alliés veulent attaquer l’Iran avec leurs armes les plus puissantes, ils ne pourront toujours pas contrer le pouvoir de dissuasion de l’Iran. Les forces iraniennes ont la capacité de donner une réponse incroyable à l’ennemi.

Selon des experts, lorsque l’armée de la République islamique d’Iran fait voler environ mille drones en même temps, cela signifie que l’Iran est arrivé à une technologie électronique très avancée et extrêmement sophistiquée, au cours de laquelle plus d’un millier de drones contrôlés par plusieurs milliers de personnes volent dans différentes régions du pays et peuvent attaquer leurs cibles sans l’interférence des signaux électroniques.

Israël, qui prétend disposer de technologies de pointe n’a jamais pu faire voler plus de dix ou douze drones en même temps, lors de ses manœuvres. Dans la guerre du Haut-Karabakh, la capacité des systèmes électroniques de pilotage des drones israéliens en Azerbaïdjan était de six drones à la fois.

La force aérienne devrait être capable de fournir à l’armée la capacité de livrer des bombes ou des missiles à leur destination par des avions, et de fournir une couverture aérienne, lorsque la force terrestre avance.

En termes simples, un avion comme le F-35 peut transporter environ 15 000 livres de munitions équivalentes à 6800 kilogrammes. L’Iran est facilement capable de créer la même quantité de tirs avec ses missiles.

En ce qui concerne la couverture des forces terrestres, les drones iraniens sont capables d’accomplir la tâche plus facilement qu’un F-35.

En tout cas, l’Iran a réussi à créer une sorte d’équilibre du pouvoir sous les sanctions internationales les plus sévères, un équilibre du pouvoir auquel personne n’aurait peut-être pu croire.

Cette force de dissuasion est si dangereuse pour les ennemis qu’ils cherchent à tout prix d’empêcher l’Iran de produire des missiles, en particulier des missiles balistiques.

On pourrait dire que le message principal du CGRI au Centcom était le missile balistique iranien qui a atteint sa cible il y a quelques jours à une courte distance du porte-avions USS Nimitz.

Décidément, le Corps des gardiens de la Révolution islamique, en ciblant une cible près de USS Nimitz, qui était à environ 1800 km de l’Iran, a voulu envoyer un message aux Américains que même si votre navire est à deux mille kilomètres, s’il est considéré comme une menace pour l’Iran, il sera facilement ciblé par des missiles iraniens.

Bien sûr, ce message ne s’adressait pas uniquement aux Américains, mais également à leurs alliés. Les experts militaires savent bien ce que signifie détruire une cible à une distance de 1800 km au milieu de la mer.

Cela signifie que l’Iran est capable de viser n’importe où à Israël, en mer Rouge, en Méditerranée ou en mer d’Oman, sans parler des cibles terrestres et aériennes.

Il semble que le message du CGRI ne s’adresse pas uniquement aux États-Unis, mais à l’ensemble du Centcom, qui comprend également les pays arabes alliés des États-Unis et Israël.

Le message du CGRI est très clair ; l’aventurisme ne sera pas en votre faveur.

 

Mots clés