Feb 24, 2021 23:00 UTC
  • Drone iranien qui frappera Tel-Aviv?

Le drone Kaman-22, conçu et fabriqué de A à Z en Iran, et marqué par sa portée de 3 000 kilomètres, a été dévoilé ce mercredi 24 février.

Le général de brigade Aziz Nassirzadeh, commandant de la Force aérienne de l’armée de la République islamique d’Iran, a déclaré que le drone Kaman-22 était équipé de systèmes de combat, d'optique, et de guerre électronique et qu’il avait été conçu et fabriqué conformément aux besoins de la Force aérienne. 

Il a expliqué : « Le Kaman-22 est le premier drone d’assaut à corps large fabriqué par l’Iran qui est capable de porter différents types de charges. L’appareil est en mesure de rester dans le ciel pendant longtemps, plus précisément au-delà de 24 heures, et a une portée de 3 000 kilomètres. Il a donc la capacité d’identifier, de surveiller et de photographier les cibles qui se situent dans les régions lointaines. De plus, équipé de différentes sortes d’armes et de systèmes intelligents le Kaman-22 possède une capacité de combat remarquable ».  

Le commandant de la Force aérienne de l’armée a souligné que les Iraniens avaient réussi à produire différents types de drones dont les drones de combat, les drones de reconnaissance et les drones de guerre électronique, ayant chacun une mission particulière. 

« Nous avons acquis des technologies qui nous permettent de produire des drones conformément à nos besoins », a-t-il indiqué. 

Le 5 janvier 2021, l’armée iranienne a entamé une opération conjointe et à grande échelle d’entraînement des drones impliquant plusieurs unités militaires.  

Cet exercice de deux jours a impliqué des centaines de drones opérationnels des forces terrestres, aériennes et maritimes.

Les drones de fabrication iranienne ont mené des simulations de combat, de surveillance, de reconnaissance et de guerre électronique à courtes et à longues portées.

Les drones de la Marine ont survolé les eaux du sud de l’Iran et les drones suicides à longue portée ont effectué des vols pour détruire des cibles sensibles et vitales dans les profondeurs des territoires de l’ennemi.

En marge des exercices, l’armée iranienne a exposé ses dernières réalisations en matière de conception de drones.

L’exposition a réuni des drones opérationnels des quatre forces de l’armée, des centaines de drones de combat, bombardiers, intercepteurs, de reconnaissance et surveillance (les drones Kaman, Karrar, Kian, Simorgh, Mohajer, Ababil, Yasser, Sadegh, Hazem), ainsi que des drones ayant la capacité d’effectuer des opérations de combat en cas de guerre électronique et qui sont équipés de systèmes d’interférence radar.

Les drones de l'armée iranienne sont dotés de la capacité de mener à bien des opérations contre des drones sans pilote et des avions habités de l’ennemi et de frapper des drones à de très hautes altitudes.

Dans la foulée, le commandant de la base centrale Khatam al-Anbia a déclaré que les calculs stratégiques erronés du régime israélien lui coûteraient très cher. 

Le général de brigade Gholam Ali Rachid a déclaré, mardi 23 février, lors d’une réunion avec un groupe de commandants de haut rang des forces armées iraniennes qu’en défiant la sécurité nationale de l’Iran, le régime israélien avait fait un calcul stratégique erroné qui lui coûterait très cher. 

Le général de brigade Rachid a ensuite fait part du niveau de disponibilité très élevé des forces armées iraniennes, tout en soulignant qu’il fallait promouvoir leurs capacités en matière de défense et de sécurité. 

Le commandant de Khatam al-Anbia a remercié les hauts gradés présents pour avoir fait capoter la stratégie de pression maximale de l’ennemi par une approche de la résistance active ainsi que pour avoir organisé plusieurs exercices militaires et manœuvres en 2020, conformément à l’ordre du commandant en chef des forces armées, l’honorable Ayatollah Khamenei. 

Le général de brigade Rachid s’est ensuite adressé aux États-Unis et à leurs alliés régionaux : « Le régime sioniste provoque les États-Unis et les incite à faire la guerre, ce qui aboutira à la mort des soldats américains, pour déstabiliser la région ».

Mots clés