Feb 27, 2021 18:52 UTC
  • Hormuz: un

Y at-il un lien entre ce MV Helios Ray, "navire logistique israélien, déguisé en cargo battant sous pavillon de sa Majesté d'une partie et des images satellites que l'AP a fait publier cette semaine des travaux d'extension autour du réacteur nucléaire israélien Dimona? la presse sioniste en est convaincu elle qui voit dans le premier une "implication iranienne directe" et dans la seconde une "implication encore iranienne mais indirecte et surtout à danger à venir".

A peine une semaine après un exercice naval d'envergure qui s'est déroulé au grand d'Israël dans l'objectif d'exercer la marine israélienne à faire face aux "commandos marins du Hezbollah" et alors même que la semaine dernière l ' entité a failli voir l'un de ses navires de guerre couler, au large de Khan Younes quand un bateau piégé télécommandé a foncé en sa direction, les agences d'information font état d'un incident "semblable" à ceux survenus en 2019 dans le golfe Persique, au plus fort des tension Trump / Iran. Un "cargo" appartenant à un certain Rami Ongar, l'homme d'affaire israélien qui à croire la radiodiffusion publique israélienne, serait proche de Yossi Cohen, actuel chef du Mossad un explosé. 

Dryad Global, une société de gestion des risques de sécurité maritime, affirme que le navire MV Helios Ray était en route pour le Singapour en provenance de Dammam en Arabie saoudite et que l'explosion s'est produite à environ 44 miles nautiques (50 miles) de Mascate, la capitale d'Oman, vers 20 h 44 GMT, poussant le batiment à se diriger vers Fujairah aux Emirats. 

Le bâtiment, de 36 mètres de haut avec une capacité de tonnage de 31 000, a été secouée à 20 h 40 GMT, est habituellement utilisé comme transporteur de véhicules, ce qui rend quelque peu inhabituel les affirmations de son propriétaire sioniste qui a crie au loup "iranien" soulignant que " le navire aurait été la cible d'un "explosif iranien" et que cette histoire ne regarde pas tant Israël en soit que " ce dossier plus grand qui est celui des négociations USA/Iran  : « Il est possible l'explosion soit le résultat d'une attaque iranienne, signifiée comme un signal à l'administration de Biden », a prétendu Ongar.

Cette évaluation a été reprise par deux responsables américains de la défense qui se sont entretenus avec l'Associated Press sous couvert d'anonymat. Cependant, ils ont déclaré que deux trous avaient été laissés de chaque côté de la coque juste au-dessus de la ligne de flottaison.

Malgré les estimations indiquant une mine sous-marine à l'origine de l'explosion, un responsable américain de la défense a déclaré à Reuters que le navire avait été touché par une explosion au-dessus de la ligne de flottaison qui a déchiré des trous des deux côtés de sa coque. Si elle est exacte, cela signifie qu'il est hautement improbable que la mine a provoqué l'explosion. Quant à la Ve flotte de la marine américaine basée à Bahreïn qui n'a cessé ces quatre dernières années à reprendre l'antienne " notre mission consiste à protéger le transit maritime de nos alliés" et ce, évidemment en compromettant celui des parties qui ne sont pas des alliés, elle  s'est contentait d'un  «nous sommes au courant et surveillons tout», comme l'a dit le commandant Rebecca Rebarich à l'agence de presse Associated Press, ce qui veut dire qu'à à peine un mois et quelques du retrait de l'USS Nimitz du golfe Persique et son ralliement à la flotte indo-pacifique, les USA ne peuvent au moins pour l'heure de tenter "une aventure maritime" contre la ou les parties anti israéliennes de la région. 

Mais que s'est-il passé au juste? Evidemment il n'y pas d'informations officielles à ce sujet mais des sources régionales affirmes que le vrai-faux cargo, un navire logistique israélien chargé depuis quelques temps à "exporter des equipements" et à "occulter surtout les pièces et des appareils d'écoute et d'espionnage destiné aux Emirats" a été "ciblée" en plein "opération de trafic". Les explosions auraient été produites non loin de la côte omanaise, réduisant soudain la vitesse de l'appareil de 20 nœuds à 6 nœuds marines. L'équipage, pris de court, aurait même tenté d'orienter le bâtiment en océan Indien pour demander du secours aux Américains, ce qui prouve que leur cargaison n'était pas des camions mais des "pièces sensibles".

Bref, MV Helios Ray, est un navire de guerre qui dans la foulée de la normalisation Tel-Aviv-Abou Dhabi-Manama-Riyad, avait cru le moment opportun pour venir opérer sous le nez de l'Iran, en faisant écho à ces avions espions que les Etats-Unis ont livré cette semaine à Abou Dhabi un AWACs et un E-112 entre autres. Toujours selon ces fuites, ce sioniste de Ongar n'aurait pas engagé des "matelas" mais bel et bien des "officiers de renseignement israéliens qui se trouvaient à bord du bâtiment au moment de "l'incident". D'où d'ailleurs cette tentative de fuir les eaux du golfe Persique pour se rendre dans l'océan Indien, tentative échouée puisque avec deux trous de plus d'un mètre de diamètre sur le navire, il aurait fort périlleux de gagner les eaux d'un Océan où un vaste exercice naval signé Iran/Russie venait juste d'avoir lieux.  L'Iran est-il responsable? Ni Dominique Rob, MAE britannqiue qui a apporté un solide soutien au raid américain du 26 février contre Abou Kamal ni non plus Gantz, le chef de guerre sioniste qui dit avoir pour mission d'empêcher l'Iran de poursuivre son programme nucléaire n'ont soufflé mot.

Début janvier, le Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) a saisi un pétrolier battant pavillon sud-coréen dans les eaux du golfe Persique pour avoir pollué les eaux des côtes iraniennes.

N'empêche que MV Helios Ray aurait voulu franchir le rubicon et traverser le détroit d'Hormuz croyant qu'un pavillon britannique et quelques camions à bord pourraient lui servir de paravent.  Ces explosions de quelle que partie qu'elles viennent signe un chef de renseignement, le navire ayant été traqué à son point de départ jus'qu'à son lieu d'arrivée; juste avant qu'il puisse traverser le détroit d'Hormuz. Il y a e ceci quelques leçon à tirer : 

Des mises en garde lancées par l'Iran comme quoi le pays ne tolère de près ni de loin la présence d’Israël dans le golfe Persique, il faut les rendre au sérieux. Puis que Tel-Aviv ne croie surtout pas que ses agressions anti axe de la Résistance resteront ad vitam eternum sans réponse. Et enfin les voisins golfiens de l'Iran devraient réfléchir à deux fois avant de se jeter tête en première dans l'aventure anti-Résistance. Surtout que depis que l'US Navy n'ose plus trop bomber le torse dans la région tout se passe à merveille et qu'il n'y a aucun incident à bord. Pourquoi alors compromettre cette quiétude pour les F-35 de pacotille, ou des missiles de seconde main.

Et enfin une dernière leçon pour l'entité: depuis l'incident au grand de Khan Younes, il aurait dû l'avoir compris, les "mains de la résistance" sont désormais présentes dans toutes les voies maritimes stratégiques de la région: la mer Rouge, la mer d'Oman, le golfe Persique, la mer arabe et la Méditerranée. D'où le lien des photos de Dimona et l'incident de Helios Ray ... Ces photos que l'AP a fait publier du réacteur en extension correspondant parfaitement aux clichés que le Hezbollah conservent dans ses archives, prises par ses drones. La connexion? le front terrestre anti-Israël s'est soudain étendu à la mer. 

Mots clés