Mar 06, 2021 18:03 UTC
  • L'Iran sort sa DCA anti-drone!

Dans le cadre d’une nouvelle initiative des industries de la défense de la RII visant à accroître la mobilité et à créer un parapluie de défense à courte portée en vue de contrer les missiles de croisière de l’ennemi, un nouveau système de défense mobile sans pilote a été développé dans le pays.

Ces dernières semaines, les lignes de production de la nouvelle série de systèmes portatifs de défense aérienne (MANPADS) ont été inaugurées en Iran. 

C’est à la fin de la guerre imposée Iran-Irak et au commencement du programme de développement accru des capacités de défense du pays que la question de la conception et de la fabrication de nouveaux systèmes portatifs de défense aérienne (MANPADS) a également été soulevée.

Enfin, dans les années 80 du calendrier persan, les MANPADS iraniens de première génération appelés « Misagh » ont été construits et présentés au monde entier. Certaines sources étrangères ont prétendu que ces missiles avaient en fait été développés sur la base du modèle chinois QW-1. À ce jour, trois modèles de ce missile ont été développés.

Le missile « Misagh1 » d’une longueur d’un mètre et demi a une portée minimale de 500 mètres et une portée maximale de 5000 mètres. Il a la capacité de frapper des cibles sur le plafond de vol de 4000 mètres.

Ce missile a une vitesse de 600 mètres par seconde et pèse environ 11 kilogrammes, dont 1,42 kilogramme est le poids de son ogive, et la masse du missile avec un lanceur qu’il faut porter est d’environ 17 kilogrammes.

Vu les caractéristiques du lanceur, la durée de stockage de ce missile est longue, il a une instruction de lancement simple et une cadence de tir élevée, et il peut être utilisé à des températures allant de moins 40 à plus de 60 degrés.

Son système de guidage automatique vous permet d’opérer sur le mode « tire et oublie », permettant à l’utilisateur de quitter rapidement la position de lancement et de réduire le risque de dégâts de la part de l’ennemi.

Dans les années qui ont suivi, le missile « Misagh 2 » est entré en service en tant que version améliorée du « Misagh 1 », et l’un des points importants qui ont été pris en compte était l’augmentation de la sensibilité du capteur infrarouge de ce missile pour faire face aux missiles de croisière.

Ces missiles ont généralement un faible rayonnement infrarouge et peuvent être cachés de la vue de nombreux systèmes de détection.

La portée et la hauteur de combat dans le missile « Misagh 2 » sont restées les mêmes, mais sa vitesse est passée de 600 mètres par seconde à 850 mètres par seconde.

Du point de vue de l’apparence, le missile « Misagh 3 » ne diffère guère des modèles précédents de ce missile et est presque dans la même catégorie en termes de caractéristiques de vol, mais l’utilisation d’une nouvelle technologie rend le « Misagh 3 » beaucoup plus fatal contre des cibles volant à basse altitude, en particulier des missiles de croisière.

Ce missile utilise de nouveaux fusibles qui augmentent considérablement la possibilité de faire exploser et de toucher la cible.

Il s’agit d’un fusible laser qui opère de la manière suivante : une fois le missile lancé en direction de la cible à atteindre, une source de rayonnement laser à l’intérieur du missile est déclenchée et répand un faisceau lumineux dans un rayon de 360 ​​degrés. Dès qu’il s’approche de son objectif, il réfléchit la lumière laser qui elle atteint la cible, avant d’activer l’ogive du missile et provoquer l’explosion.

Plateforme mobile pour des MANPADS iraniens

La ligne de production des systèmes portatifs de défense aérienne (MANPADS) qui, selon le général Baqeri, ont une portée d’environ 5 kilomètres a été inaugurée ces derniers jours, en présence du ministre de la Défense et du chef d’état-major des forces armées.

Il n’y a pas de nom spécifique pour ce missile, mais l’image publiée de celui-ci montre la même mise à niveau ou modèle du missile de la série de « Misagh 3 ».

Dans les images liées à cette cérémonie de dévoilement, l’on perçoit une image d’un système mobile, qui semble être un nouveau support pour les MANPADS.

Dans cette conception, qui est également utilisée à l’étranger, un certain nombre de MANPADS sont installés sur une plate-forme avec des systèmes de ciblage et le facteur humain est supprimé du processus de transport des missiles. Ainsi, davantage de missiles sont transportés sur une plate-forme et peuvent être tirés plus rapidement sur différentes cibles.

Dans le monde d’aujourd’hui, ces modèles ont été développés dans des pays comme la Russie et la France sur une base fixe sur des vedettes ou des véhicules de transport de troupes.

Grâce à cette mesure simple, mais aussi importante que pratique, le volume de missiles portables augmentera et en retour, la main-d’œuvre nécessaire sera réduite, ce qui baissera en fin de compte les coûts financiers et les pertes humaines.

Dans le même temps, grâce à la mobilité de ce système de défense, une couche de défense aérienne mobile à haut débit viendra s’ajouter aux systèmes de défense à basse altitude du pays, et le niveau de fiabilité en vue de faire face aux menaces, notamment dans la catégorie des missiles de croisière augmentera.

Mots clés