Apr 19, 2021 06:24 UTC
  • Vienne: de quoi a peur Israël?

Selon "Ynet" Israël est inquiet de la manière dont se déroulent les pourparlers à Vienne entre Téhéran et les parties à l'accord nucléaire considérant que "Washington concède plus que ce que Téhéran veut".

Les responsables ont confirmé au site que "le cabinet de sécurité a tenu une session aujourd'hui, après un répit de deux mois et , au cours de cette réunion ils ont discuté des tensions avec l'Iran".
Commentant les pourparlers de Vienne sur le dossier nucléaire iranien, ces responsables ont déclaré: "Ce n'est pas une situation où les Américains puissent insister sur leur opinion. Ils concèdent plus que ce que veulent les Iraniens. Leur objectif est uniquement de courir vers un accord quel qu'il en soit le prix."
Ils ont ajouté: «Les Iraniens savent très bien qu’un accord sera conclu à tout prix et ils mettent tout en œuvre pour parvenir à leurs fins. Les Américains entendent les préoccupations d'Israël, la question est: si'ils nous écoutent vraiment?

L’ambassadeur permanent d’Iran auprès des organisations internationales basées à Vienne a déclaré que les États-Unis devaient présenter une liste des mesures qu’ils prendraient pour lever les sanctions contre l’Iran afin de prouver son sérieux dans les négociations en cours sur l’accord nucléaire de 2015 dans la capitale autrichienne. Ce qui est recherché et débattu à Vienne, c'est la présentation d'une image claire et transparente concernant la suppression des sanctions [imposées aux États-Unis contre l'Iran], a déclaré dimanche Kazem Gharibabadi aux journalistes. «Il est nécessaire d'identifier et d'énumérer les étapes de la levée des sanctions afin d'examiner le sérieux de Washington dans sa déclaration de volonté de revenir et d'honorer pleinement le JCPOA, et de vérifier si cela correspond à la politique déclarée [de l'Iran]», at-il dit, en utilisant l'acronyme officiel de l'accord nucléaire. Gharibabadi, un négociateur de haut niveau actuellement engagé dans les pourparlers multilatéraux à Vienne, a déclaré que les négociateurs iraniens agissaient conformément aux principes de la République islamique énoncés par le chef de la révolution islamique, l'ayatollah Seyyed Ali Khamenei.

 

Mots clés